Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le SMI a fini sur un recul de 0,17% à 8740,97 points (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a clôturé jeudi sa dernière séance de la semaine avant la trêve pascale sur une note légèrement négative. L'indice vedette SMI a passé une bonne partie de la journée dans le rouge, plombé par des prises de bénéfices sur les poids lourds de la pharma.

Il a regagné du poil de la bête alors que Wall Street gagnait du terrain en début de séance, mais cela n'a pas tenu. Et l'indice est repassé au rouge sur la fin.

Le marché new-yorkais était soutenu par des indicateurs favorables. "Les investisseurs se montrent enthousiastes alors qu'ils se préparent pour un week-end prolongé de Pâques", ont noté les analystes de Briefing.

Cet optimisme à l'issue d'une semaine agitée sur les marchés était favorisé par des indicateurs économiques plutôt favorables: les inscriptions hebdomadaires au chômage sont tombées à leur plus bas niveau en 45 ans et les revenus des ménages ont augmenté plus vite (+0,4%) que leurs dépenses (+0,2%) en février. Le moral des ménages a quant à lui été en hausse en mars.

L'activité économique dans la région de Chicago a en revanche ralenti sa progression pour le même mois, contrairement aux attentes des analystes. Enfin, l'inflation a atteint un plus haut depuis onze mois en février, en hausse de 1,8% sur un an, contre 1,7% en janvier.

Stabilité pour SGS

Sur sol helvétique, le SMI a fini sur un recul de 0,17% à 8740,97 points, avec un plus haut à 8780,02 et un plus bas à 8714,77. Sur l'ensemble de la semaine raccourcie, l'indice a toutefois gagné 2%. Le SLI a grignoté 0,05% à 1434,68 points et le SPI a cédé 0,11% à 10'189,89 points. Sur les trente valeurs vedettes, douze ont reculé, 17 ont progressé et SGS a fini inchangé.

Les poids lourds Novartis et Roche (chacun -0,9%) ont pesé sur l'indice. Ces deux valeurs ont connu une évolution bien meilleure que le SMI depuis ces derniers jours et cela a peut-être poussé les investisseurs à prendre leurs bénéfices avant le week-end de Pâques.

Nestlé (+0,1%) aurait trouvé un repreneur pour son activité assurance-vie, via une participation dans la société américaine Gerber Life Insurance. Selon le magazine spécialisé "The Insurance Insider", Goldman Sachs est sur les rangs pour racheter l'entreprise et mettrait 1 milliard de dollars sur la table.

Longtemps premier de classe, Swiss Re (+2,2%) a fini par céder cette place à la volatile Aryzta (+2,9%). Kühne+Nagel (+1,4%) s'est placé sur la troisième marche du podium.

L'agence Bloomberg a rapporté que le géant japonais Softbank pourrait prendre une participation d'un quart dans le capital-actions de Swiss Re. Ce dernier rencontre les investisseurs mercredi prochain et la question sera certainement au centre des discussions.

Vontobel a abaissé l'objectif de cours de Kühne+Nagel et a confirmé "hold". L'analyste table sur une solide croissance cette année et la suivante. La marge brute devrait se stabiliser et la productivité s'améliorer.

Kepler Cheuvreux a abaissé l'objectif de cours d'ABB (+1,1%) et a maintenu à "buy". Après une phase de transformation structurelle, le groupe entre dans une phase d'amélioration cyclique et de croissance structurelle, soutenue par les récentes acquisitions, a notamment commenté l'analyste.

Swatch en hausse

Bâloise (+0,4%) a profité d'un relèvement d'objectif de cours par Vontobel, qui a maintenu "hold". L'analyste a notamment relevé que les informations sur le flux de liquidités et l'indice de solvabilité soulignent la situation positive et le potentiel futur de dividende.

Swatch (+0,4%) a progressé après un relèvement d'objectif de cours par Royal Bank of Canada qui a confirmé "outperform". Les cours des devises devraient avoir un effet légèrement positif cette année. Richemont (+1,2%) a fait encore mieux.

Swisscom sous pression

Avec Novartis et Roche, les plus gros perdants sont Clariant (-1,1%) et Zurich (-1%). Swisscom a lâché 0,3% après une rétrogradation à garder d'acheter par LBBW qui a aussi réduit l'objectif de cours. L'analyste craint une augmentation de la pression sur les prix sur le marché helvétique.

Sur le marché élargi, Bossard a chuté de 7,9%. Selon des courtiers, les rumeurs autour de la fébrilité financière du constructeur de voitures électriques Tesla, client présumé de l'entreprise zougoise, expliqueraient ce repli.

Aevis (-0,7%) a vu sa rentabilité divisée plus que par deux à 1,1 millions de francs en 2017, pénalisée notamment par des effets uniques. Pour l'année en cours, l'entreprise anticipe une croissance du chiffre d'affaires à un chiffre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS