Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Commission de la concurrence (COMCO) a prolongé d'une année, soit jusqu'à fin 2013, les mesures provisionnelles contre Swatch Group pour la livraison de mouvements mécaniques et de composants horlogers. Ce délai doit permettre aux sociétés concurrentes de planifier leurs activités.

Cette prolongation est nécessaire, les délais de commande pour les mouvements s'élèvent à des mois, a indiqué mardi la COMCO dans un communiqué. De plus, l'enquête ouverte dans ce cadre contre Swatch Group ne sera pas terminée avant la fin du premier semestre, précise le gendarme de la concurrence dans son communiqué.

L'enquête, lancée en juin 2011 a pour but de déterminer si l'arrêt des livraisons par Swatch Group de certains composants horlogers pour les mouvements mécaniques viole la loi sur les cartels. Dans le même temps, la COMCO a ordonné en accord avec le groupe biennois des mesures provisionnelles pour éviter un dommage brutal à la concurrence.

L'effet d'une bombe

Cette année, Swatch Group réduira ainsi les livraisons de mouvements mécaniques à 85% de la quantité achetée en 2010 et à 95% en ce qui concerne les assortiments. La décision du géant horloger de cesser ses livraisons aux clients tiers avait provoqué l'effet d'une bombe à fin 2009.

Suite au recours d'une dizaine d'entreprises horlogères, le Tribunal administratif fédéral a confirmé en décembre dernier les mesures provisionnelles. Le géant horloger est historiquement le fournisseur essentiel de la branche, mais désormais ses dirigeants souhaitent que les autres marques deviennent plus autonomes.

ATS