Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - La Cour de cassation française a annulé la condamnation à perpétuité avec 22 ans de sûreté prononcée en appel en 2009 contre Yvan Colonna pour l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac. Ses avocats ont annoncé qu'ils allaient demander sa remise en liberté.
La plus haute juridiction française, contre l'avis du parquet général, a jugé irrégulier le procès qui s'était tenu en 2009 et avait été déserté par l'accusé et ses avocats. Le berger nationaliste de Cargèse, arrêté en 2003 après une fuite de quatre ans, et qui a toujours clamé son innocence, sera donc jugé une troisième fois.
"Il est détenu provisoire depuis sept ans, sa remise en liberté s'impose, nous allons la demander à la cour d'appel de Paris", a dit Me Pascal Garbarini à des journalistes. Yvan Colonna reste pour l'instant détenu, l'affaire revenant au stade du procès de première instance de 2007,.
Désigné par l'accusation comme l'homme qui a tiré trois balles dans la tête du préfet le 6 février 1998, Yvan Colonna s'est présenté en victime de la vindicte de Nicolas Sarkozy et de "la raison d'Etat".
L'accusé et ses défenseurs avaient quitté l'audience de 2009 pour dénoncer l'attitude à leurs yeux partiale de la cour.
Le nouveau procès Colonna sera le cinquième de l'affaire Erignac aux assises. Six autres hommes ont été condamnés en 2003 pour le crime à des peines allant de 15 ans de réclusion à la perpétuité, sanctions aujourd'hui définitives.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS