Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Juventus beaucoup trop forte pour YB

Deux semaines après une défaite "honorable" devant Manchester United, les Young Boys ont sombré à Turin devant la Juventus. Un monde a séparé les deux équipes.

YB a été surclassé sur ce même score de 3-0 que lors de la venue de Manchester United par cette Juventus de Paulo Dybala (auteur des trois buts) lors de la 2e journée de la Ligue des champions. L'équipe de Gerardo Seoane doit ainsi persévérer dans sa quête du "match parfait" qu'elle appelle de ses voeux depuis le début de sa première campagne en C1.

Mardi, dans un Stadium animé par les supporters gelb-schwarz, le champion de Suisse a tout sauf livré ce match parfait obligatoire pour réussir à arracher au moins une miette à ces géants d'Europe. La faute en premier lieu à une Juventus admirable de professionnalisme dans son approche de la rencontre. La Vieille Dame n'a pas sous-estimé son anonyme adversaire et a fait exactement ce que le Mister Massimiliano Allegri attendait d'elle. Elle n'a même pas eu besoin de cinq minutes pour se mettre au chaud, grâce à un long ballon de Leonardo Bonucci aussi parfaitement dosé que mal négocié par Mohamed Camara.

Dybala répond présent

Profitant de la "trouée" du défenseur central, Paulo Dybala s'est libéré d'un poids en inscrivant son premier but européen cette saison, une semaine après avoir enfin débloqué son compteur en Serie A face à Bologne. Une réussite très importante pour l'Argentin qui doit désormais composer, comme tout le secteur offensif juventino, avec l'encombrant Cristiano Ronaldo (qui était suspendu mardi).

Dybala a doublé la mise à la 33e en se montrant le plus prompt sur un ballon repoussé par David von Ballmoos après un tir de Blaise Matuidi. Là encore, les Young Boys se sont trop vite retrouvés hors de position à la suite d'une passe verticale des Turinois. L'Argentin a parachevé son oeuvre à la 68e à la réception d'une passe de Juan Cuadrado.

Le plan de Seoane, qui consistait à présenter un onze plus compact et intrinsèquement moins offensif, a donc échoué. En fait, YB n'a presque pas existé dans le Piémont. Soit contraint de courir après un ballon que les techniciens de la Juve n'avaient aucune peine à conserver, soit muselé par l'excellent dispositif collectif italien. Lequel a contrôlé, supervisé, contenu et même dirigé (vers les flancs) les timides et inopérantes phases de possession bernoises.

Deux fois Valence

Tout espoir n'est cependant pas perdu pour YB, malgré ces deux leçons inaugurales. Du moins pour la troisième place synonyme de repêchage en Ligue Europa. Le champion de Suisse jouera une bonne partie de son avenir international lors des deux affrontements à venir contre Valence, le 23 octobre à Berne et le 7 novembre au Mestalla.

Gerardo Seoane et ses hommes ne seront pas plus favoris de ces actes III et IV qu'ils ne l'ont été face à ManU et à la Juve. Mais il suffit parfois, dans cette compétition, d'un seul moment de grâce, d'une unique et douce nuit magique, d'un seul match parfait, pour transformer un chemin de croix en épopée.

Sans doute faudra-t-il que les Bernois apportent de nombreuses corrections. Sans doute faudra-t-il que les Young Boys, peut-être trop complexés à Turin, songent moins à tenir le choc qu'à verser dans l'irrationnel et la folie. Ils en sont capables et ont suffisamment de pyromanes imprévisibles dans l'effectif pour bouter le feu.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.