Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour protéger les habitants contre le bruit du trafic, la Ligue suisse contre le bruit lance un "pool" de plaintes et exige des réductions de vitesse (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Pour lutter contre le bruit excessif du trafic, qui affecte de nombreuses personnes, la Ligue suisse contre le bruit lance un groupement pour déposer des plaintes. Elle se dit prête à aller jusqu'au Tribunal fédéral.

Les cantons et les communes ont jusqu'à fin mars pour adapter les émissions sonores de leurs routes aux valeurs-limites légales, a indiqué vendredi la Ligue suisse contre le bruit.

Bien que les cantons et les communes aient eu plus de trente ans à disposition et que le délai ait été prolongé en 2002 jusqu'à l'échéance actuelle, 1,6 million de personnes sont touchées par le bruit excessif des véhicules. C'est davantage qu'à l'époque.

La Ligue suisse contre le bruit reproche aux autorités leur manque de volonté d'adopter des mesures efficaces pour protéger la santé des citoyens contre le bruit des routes. Celui-ci représente un risque pour la santé. En Suisse, ces nuisances entraînent chaque année la mort de 500 personnes et occasionnent des coûts presque aussi élevés que la pollution de l'air.

Réductions de vitesse exigées

C'est pourquoi, selon la Ligue suisse contre le bruit, les réductions de vitesse sont l'impératif du moment, aussi longtemps que rien d'autre ne protège vraiment les personnes touchées par le bruit. Les réductions de vitesse abaissent le bruit des véhicules de manière efficace et bon marché. En outre, elles n'entravent pas la fluidité du trafic dans les localités, écrit la Ligue.

De nombreux propriétaires de maisons et personnes habitant près de routes veulent maintenant porter plainte. Pour leur permettre de le faire, la Ligue suisse contre le bruit organise un groupement ad hoc. Elle souhaite que les locataires y participent aussi, avec l'autorisation des propriétaires.

Ce "pool" de plaintes passera à l'action une fois atteint le cap des 300 personnes intéressées. Chaque partie plaignante devra payer 850 francs en tant que membre de la Ligue. Il en coûtera 1000 francs aux non-membres. Afin de que la Ligue, en tant qu'organisation d'utilité publique, ne doive pas assumer le risque des procès, elle collabore avec une société de financement de procès.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS