Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Manifestants en soutane ou brandissant des croix chrétiennes, la mobilisation contre le mariage homosexuel se poursuit en France. Un rassemblement à Paris à l'appel d'une organisation proche des catholiques intégristes a été marqué par des incidents.

Au lendemain d'une première démonstration de force avec plus de 100'000 manifestants dans plusieurs villes de France, des milliers de personnes sont de nouveau descendues dimanche dans les rues de la capitale pour dénoncer le projet de loi du gouvernement socialiste d'ouvrir le mariage et l'adoption aux couples homosexuels.

Tranchant avec l'ambiance bon enfant des défilés de la veille, entre ballons roses et poussettes, le ton s'est durci dès le début du rassemblement convoqué par l'Institut Civitas devant le ministère de la Famille, où des militantes du mouvement féministe ukrainien Femen et des journalistes ont été agressés. Des photographes ont été "molestés", selon un photographe de l'AFP.

Le gouvernement n'aura "aucune tolérance" à l'égard des violences de l'extrême droite, a prévenu sa porte-parole, Najat Vallaud-Belkacem, se déclarant "profondément choquée" par ces agressions.

"Bataille pour la sauvegarde de la famille"

Parmi les manifestants défilant aux cris de "oui à la famille, non à l'homofolie", figuraient de nombreux jeunes gens, certains en soutane, mais aussi des retraités et des familles, brandissant des drapeaux bleu-blanc-rouge, des croix chrétiennes, ou des banderoles ornées de fleurs de lys.

"Notre objectif, c'est de mener une véritable bataille pour la sauvegarde de la famille et de l'enfant", a déclaré un responsable de Civitas, Alain Escada.

L'institut Civitas, qui souhaite "rechristianiser la France des clochers et des cathédrales", revendique 1200 adhérents et un réseau de sympathisants d'environ 100'000 personnes.

La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a, elle, dit "respecter l'inquiétude" des opposants au mariage homosexuel tout en affirmant que le gouvernement ne renoncera pas à son projet de loi, qui sera soumis pour débat à l'Assemblée nationale le 29 janvier.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS