Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Avec 32,5% de femmes au parlement, la Suisse figure à la 35ème place du classement des femmes dans les parlements nationaux (archives).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

La progression du nombre de femmes dans les parlements a ralenti depuis 2016, indique un rapport de l'Union interparlementaire (UIP) publié à Genève. Ces deux dernières années, leur nombre n'a augmenté que de 0,1 point de pourcentage par année.

"Les progrès accomplis en matière de participation des femmes à la vie politique sont en recul", a regretté devant la presse le secrétaire général de l'organisation Martin Chungong pour qui 2017 a été "dans l'ensemble, une année décevante". Les femmes représentent 23,4% des parlementaires dans le monde, contre 23,3% en 2016.

Avant 2016, des progrès "substantiels" avaient eu lieu, avec une augmentation de 6 points de pourcentage en dix ans, mais depuis la progression stagne. "C'est un défi majeur pour les institutions gouvernementales (...) Nous avons besoin d'actions plus robustes qui viennent également des décideurs politiques", selon M. Chungong qui a appelé à une plus large application des quotas.

Nombre record de candidates

Toutefois, 2017 a vu un nombre record de candidates aux élections parlementaires qui ont eu lieu cette année. Le taux d'élection des femmes a été plus élevé que l'année précédente: 27,1% contre 22,3% en 2016. Dans les pays où des quotas ont été utilisés, les femmes ont remporté plus de 30% des sièges. Les pourcentages les plus élevés ont été atteints au Sénégal (41,8%) et en Norvège (41,4%).

L'Europe a vécu une année "de paradoxe", avec "les avancées, mais aussi les reculs, de plus grande ampleur", a rapporté M. Chungong. En France, les femmes parlementaires détiennent aujourd'hui 38,6% des sièges à l'Assemblée national, contre 26,6% lors des élections précédente. En Islande, qui était proche de l'égalité, les femmes ont reculé au parlement avec 38,1% des sièges. La Suisse reste à la 35ème place du classement avec 32,5% de femmes au parlement. Les îles du Pacifique sont en queue de peloton.

Pour améliorer la présence des femmes dans les parlements, il faut qu'"elles puissent travailler sans crainte d'être harcelées", a dit M. Chungong qui a souligné que "le harcèlement et le sexisme entravent la participation des femmes à la vie politique". Il a d'ailleurs salué les efforts du parlement suisse dans ce domaine. Celui-ci a notamment mis en place une structure de conseils indépendante pour les victimes de harcèlements sexuels.

Lutter contre le sexisme ordinaire

Aux Nations Unies à Genève, l'année 2018 sera sous le signe de la lutte contre le "sexisme ordinaire", a souligné Corinne Momal-Vanian, directrice de la Division conférences de l'ONU. Le Secrétariat général de l'ONU a d'ailleurs fait de la lutte contre le harcèlement et les abus sexuels une priorité après une série de révélations ayant touchés des ONG et les Nations Unies.

Le 8 mars, à l'occasion de la journée internationale de la femme, le jet d'eau de Genève sera éclairé de turquoise. La couleur symbolise l'initiative "Gender champion" de l'ONU qui vise à atteindre l'égalité au sein de l'institution.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS