Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En avril 2016, des centaines de sympathisants de la cause LGBT faisaient la queue devant le tribunal de Changsha pour assister à une session devant statuer sur le premier cas du pays de mariage gay. Le couple avait été débouté.

KEYSTONE/AP/GERRY SHIH

(sda-ats)

Un comité d'arbitrage chinois a rejeté la plainte d'un transgenre. Ce dernier accusait son employeur de l'avoir licencié par pure discrimination, a indiqué mercredi son avocat. L'affaire semble être la première de ce type dans le pays.

Le plaignant est né femme, mais s'identifie au sexe masculin et s'habille généralement en homme. Il avait été licencié huit jours seulement après son recrutement par une clinique dans la province du Guizhou (sud-est), selon des médias locaux.

Un comité d'arbitrage chargé d'examiner les conflits du travail a décidé d'écarter un enregistrement audio compromettant. Le patron concerné y expliquait s'être séparé de son salarié en raison de son statut de transgenre, a rapporté son avocat Huang Sha.

Le comité a également rejeté les requêtes du plaignant réclamant un mois de salaire comme compensation et des excuses écrites, a ajouté M. Huang. Les arbitres ont estimé que l'homme n'avait "pas les compétences adéquates" pour son poste de commercial.

La clinique a simplement été enjointe de verser à son ex-employé quelque 400 yuans (environ 60 francs suisses). La rémunération couvre la semaine de sa période d'essai.

"Son apparence ne correspondait vraiment pas à nos standards", avait déclaré de son côté un responsable du Centre médical Ciming, selon des propos rapportés par le journal local Guiyang Evening News.

"Nous sommes extrêmement déçus"

"Nous sommes extrêmement déçus", a commenté Huang Sha. L'avocat espérait obtenir une victoire inédite. Selon plusieurs médias, c'était la première fois en Chine où était examinée une plainte concernant un licenciement pour discrimination supposée à l'encontre d'une personne transgenre.

La communauté chinoise LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) bénéficie d'une acceptation croissante, en particulier auprès de la jeunesse urbaine. Mais les attitudes conservatrices persistent.

Des activistes LGBT chinois n'hésitent plus à combattre les discriminations devant la justice, mais avec des succès mitigés. Un tribunal de Changsha (centre) a ainsi débouté en avril deux hommes désirant se marier.

En revanche, en 2014, un tribunal pékinois avait condamné une clinique à indemniser un jeune homme pour lui avoir infligé un douloureux traitement par électrochocs. Le traitement était censé "guérir" son homosexualité.

Pékin a certes dépénalisé l'homosexualité en 1997 et l'a retirée de sa liste des maladies mentales en 2001. Les homosexuels font pourtant encore l'objet d'une très forte pression familiale et sociale.

ATS