Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Urs Schwaller n'est pas opposé à une privatisation partielle de La Poste (archives).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

La Poste va augmenter l'affranchissement des lettres ces prochaines années, avertit à nouveau le président du conseil d'administration du géant jaune, Urs Schwaller, dans un entretien diffusé samedi par le "Blick". La hausse sera toutefois "modérée", promet-il.

Les timbres en courrier A et B vont être maintenus, mais le prix de 1 franc pour le courrier A sera trop bas, remarque l'ancien conseiller national fribourgeois. "Nous voulons donc augmenter les tarifs en 2019", ajoute-t-il, sans préciser l'ampleur de la hausse.

Face aux réactions négatives suscitées par l'annonce de la fermeture de 500 à 600 agences postales d'ici 2020, le président du conseil d'administration réaffirme que La Poste en conservera au moins 800. "Il devrait même rester 900 succursales", indique-t-il.

M. Schwaller estime qu'il faut étudier en détail la fermeture d'agences postales. "Quand plus personne ne va à la boucherie ou à la boulangerie du village, cela n'a pas de sens de conserver une agence. Il y a un service à domicile pour cela", explique-t-il.

Le président du conseil d'administration n'exclut pas en outre une privatisation partielle de La Poste. "J'espère que nous prendrons rapidement une décision et que le Parlement en discute".

ATS