Navigation

La Roumanie et la Bulgarie devront ronger leur frein

Ce contenu a été publié le 07 mars 2013 - 20:10
(Keystone-ATS)

Les ministres de l'Intérieur de l'UE ont reporté l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l'espace Schengen. Même si les deux pays remplissent les conditions techniques, ils doivent encore faire des progrès dans le domaine de la justice, a souligné la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga.

En marge d'une réunion des ministres de l'Intérieur de l'UE, le ministre allemand de l'Intérieur Hans-Peter Friedrich a déclaré que "le moment" de l'adhésion roumaine et bulgare "n'est pas encore venu" et promis de revenir sur le sujet "d'ici la fin de l'année".

L'accord pour les adhésions des deux pays doit être conclu à l'unanimité. Les candidats doivent démontrer qu'ils luttent contre la corruption et sont en mesure de contrôler leurs frontières, car elles vont devenir les frontières extérieures de l'espace Schengen.

Certains Etats, comme les Pays-Bas, ont justifié leurs réticences en évoquant le risque d'un afflux chez eux de citoyens roumains ou bulgares attirés par des systèmes sociaux avantageux.

Dans l'attente depuis deux ans, les ministres roumain et bulgare ont déploré cette absence de décision. Ils ont rappelé que leurs pays ont dépensé beaucoup d'argent pour répondre à tous les critères d'adhésion. En vain.

Mise en oeuvre du SIS II

Toujours à Bruxelles, le Conseil Justice et Affaires intérieures de l'UE a annoncé que la mise en oeuvre de la deuxième génération du système d'informations de Schengen (SIS II) aura lieu le 9 avril.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga s'est réjouie de cette nouvelle et a rappelé qu'à l'instar de plusieurs autres pays, "la Suisse a critiqué à plusieurs reprises la gestion des coûts" de ce programme, dont la mise en oeuvre a été retardée pendant des années à cause de problèmes techniques.

C'est ainsi qu'au lieu de coûter 15 à 20 millions d'euros (18 à 24 millions de francs), SIS II reviendra à environ 160 millions d'euros.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.