Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La tension monte entre les deux Soudans, après une deuxième journée de combats dans une région pétrolière disputée à la frontière. Khartoum a lancé un ordre de mobilisation générale et suspendu les négociations avec Juba, a rapporté la radio soudanaise.

Ces discussions, qui venaient de reprendre sous l'égide de l'Union africaine (UA), visaient à régler leur contentieux portant notamment sur le paiement des redevances pétrolières. Le Parlement a également annoncé une "mobilisation et l'état d'alerte" au sein de la population, a ajouté la radio, sans plus de précisions.

Incursion en profondeur

De son côté, le ministère soudanais des Affaires étrangères a accusé le Sud d'avoir effectué une incursion en profondeur sur son territoire. Il a affirmé que des troupes du Soudan du Sud avaient pénétré de 70 kilomètres en territoire soudanais et se trouvaient à l'intérieur de la région pétrolière de Heglig.

Au Soudan du Sud, le président du Parlement James Wani Igga a affirmé mercredi que la population sud-soudanaise devait être prête à se défendre. "Khartoum pourrait chercher une vraie guerre (...) Si vous ne vous défendez pas, vous serez anéantis, alors vous devriez aller mobiliser la population sur le terrain pour qu'elle soit prête," a-t-il déclaré.

Inquiétude de l'UA

L'Union africaine s'est déclarée "profondément inquiète" face à cette "escalade". Elle a exhorté Juba à se retirer "immédiatement" de la zone frontalière de Heglig et appelé les deux parties "à la retenue et à respecter l'intégrité territoriale de l'autre". L'UA souligne que les deux parties ont signé un accord de non agression en février.

Le champ pétrolier de Heglig assure une grande partie de la production de brut du Soudan depuis la partition du pays. Quand Juba a obtenu son indépendance, le Soudan a perdu les trois quarts des réserves pétrolières du pays d'avant sécession et le pétrole est au coeur de tensions qui menacent aujourd'hui de dégénérer en nouvelle guerre.

ATS