Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La vague de froid sévissant depuis une semaine en Europe a déjà fait au moins 220 tués. Ce bilan risque toutefois de s'aggraver, particulièrement dans l'est du continent où l'Ukraine et la Pologne sont les plus touchées avec 138 décès à elles seules.

"Durant la période de très fort gel", entre le 27 janvier et le 3 février "101 personnes sont mortes, 11 d'entre elles à l'hôpital, 64 ont été retrouvées dans la rue et 26 à leur domicile", a indiqué le ministère ukrainien des Situations d'urgence. Le précédent bilan, jeudi, était de 63 tués.

Les températures ne devraient pas s'adoucir dans l'immédiat, avec des minimales nocturnes entre -25 et -30 degrés et -16 à -21 la journée. En Pologne, le froid a fait huit nouveaux tués au cours des dernières 24 heures et les températures sont descendues jusqu'à -35 dans le sud-est, a annoncé vendredi la police.

La plupart des victimes étaient des sans logement. Au total, depuis le début de la vague de froid, il y a huit jours, 37 personnes sont décédées d'hypothermie. La police polonaise réitère régulièrement ses appels à la vigilance et demande aux gens de signaler les lieux de séjour des sans domicile fixe. L'hiver dernier, les basses températures en Pologne avaient provoqué le décès de 212 personnes.

Ecoles fermées en Roumanie

En Russie, où les températures flirtaient à Moscou avec les -25 vendredi et approchent les -50 en Iakoutie (Sibérie orientale), les autorités ont fait état vendredi de 64 tués de froid, mais cette fois depuis le 1er janvier, à travers le pays.

Deux nouveaux décès ont été enregistrés en Roumanie, portant à 24 tués le bilan depuis jeudi dernier. Près de 380 écoles dans 29 départements étaient fermées vendredi en raison du froid et le trafic bloqué sur une dizaine de routes.

La Bulgarie n'est pas en reste, avec six nouveaux tués, des hommes de 52 à 66 ans, portant le total des victimes à 16. La plupart des victimes dans ce pays, le plus pauvre de l'Union européenne, sont des villageois découverts gelés au bord de routes ou dans leurs maisons dépourvues de chauffage.

ATS