Navigation

Lancement de Drotr, une app suisse de messagerie multilingue

Drotr annonce avoir trois ans d'avance sur Google (archives). KEYSTONE/AP/MATT ROURKE sda-ats
Ce contenu a été publié le 18 mai 2017 - 15:13
(Keystone-ATS)

Tandis que l'application de messagerie iO développée par Swisscom n'a pas résisté à la concurrence de WhatsApp, une société zougoise se lance à son tour dans l'arène. Drotr permet la traduction simultanée en plus d'une centaine de langues.

Se comprendre même quand chacun communique dans sa langue, voilà ce que Drotr rend possible, a expliqué jeudi le patron de la société Technology improves the world (TIW), basée à Cham (ZG). Aucune autre application de messagerie n'offrait jusqu'ici cette fonctionnalité, a affirmé jeudi à Zurich Eugen von Rubinberg, entrepreneur allemand de 33 ans, à l'occasion du lancement officiel du produit.

Un utilisateur rédige par exemple son message en russe: le destinataire peut le recevoir traduit en allemand. En l'état, Drotr est capable de traduire des textes écrits en 104 idiomes. En outre, il peut jouer les interprètes de vidéoconférence en 44 langues. Et l'offre devrait s'étoffer.

Traductions maladroites

Les démonstrations par l'inventeur de Drotr, Alexander Konovalov, 39 ans, ont certes semé quelques doutes quant à la qualité des traductions. Parfois maladroites, parfois correctes, le résultat au final est généralement compréhensible.

"Nous ne pouvons pas encore garantir que Drotr livre une traduction parfaite", admet l'ingénieur. Le but premier est de permettre aux gens de communiquer entre eux. "Nous avons au moins trois ans d'avance", souligne-t-il, évoquant les géants Google, Skype ou WhatsApp, qui tentent depuis longtemps de développer une telle solution.

L'Ukrainien a commencé à travailler sur son application en 2013. Ensemble avec Eugen von Rubinberg, ils ont créé TIW en 2016, dont le siège se trouve à Cham et la direction opérationnelle à Zurich. La société spécialisée dans les logiciels de sécurité et de communication occupe aujourd'hui 70 informaticiens, dont 20 en Suisse et 50 basé à Kiev.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article