Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'UBS doit rester active dans la banque d'investissement, estime son directeur général (CEO) ad interim Sergio Ermotti. Mais elle devra se cantonner à des affaires qui ne mettent pas en péril sa réputation, a-t-il dit dans un interview publié dimanche par le "SonntagsBlick".

La banque d'investissement représente pour UBS un "grand intérêt complémentaire", relève M. Ermotti. Quelque 40% de toute la fortune placée dans la banque appartient à des clients qui possèdent 50 millions de francs ou davantage, et qui doivent pouvoir bénéficier des services de ce type de banque.

M. Ermotti admet toutefois que "l'accident de Londres" - en l'occurrence la perte de plus de 2,3 milliards de dollars générée par un courtier - de même que les pertes abyssales entraînées aux Etats-Unis par la crise des subprime, ainsi que le litige fiscal avec ce pays, ont nui tant à la banque qu'à la Suisse.

Examen détaillé de la banque

Le CEO ad interim cite au nombre des priorités à court terme le règlement de l'affaire du courtier londonien, un examen détaillé de la banque et de ces procédures afin de les rendre plus efficientes, et la mise en oeuvre de la stratégie future de l'établissement. Celle-ci doit être présentée le 17 novembre à l'occasion d'une journée des investisseurs.

M. Ermotti ne voit par ailleurs aucun problème dans le fait qu'il ne dirige la banque qu'à titre de CEO intérimaire. Il estime disposer de toutes les compétences pour prendre les décisions importantes.

ATS