Toute l'actu en bref

Le Salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget a été inauguré lundi par le président français Emmanuel Macron. On reconnaît à ses côtés, en gris, Dassault père et fils, alors que le président discute avec le CEO du groupe français Charles Edelstenne.

KEYSTONE/AP POOL/MICHEL EULER

(sda-ats)

L'armée suisse fait son marché au Salon de l'aéronautique du Bourget, à Paris, en ce début de semaine. Le prochain avion de combat et la défense sol-air son à l'esprit des responsables de l'armement en visite à Paris de lundi à mercredi.

Au programme: plusieurs visites d'entreprises, présentations d'exposants et entretiens avec des représentants de diverses autorités chargées des acquisitions et de la défense, notamment américaines, françaises et israéliennes, a indiqué mardi le Département fédéral de la défense (DDPS).

Une attention toute particulière sera apportée aux entreprises entrant en ligne de compte dans les projets relatifs au prochain avion de combat et à la défense sol-air, souligne le DDPS. Font partie du voyage au Bourget, de lundi à mercredi, le chef de l'armement Martin Sonderegger et le chef de la planification de l'armée Rolf Siegenthaler. Tout deux sont accompagnés d'une délégation d'armasuisse.

Le dernier message sur l'armée prévoit un montant de 10 millions de francs pour étudier l'achat du nouvel avion de combat. Près de 450 millions sont en outre destinés à la prolongation de l'utilisation des avions de combat F/A-18 jusqu'en 2030. Une défense sol-air représente une option complémentaire. La facture devrait s'élever à 8 ou 9 milliards de francs, mais des variantes allant jusqu'à 18 milliards ou descendant à 5 milliards existent aussi.

ATS

 Toute l'actu en bref