Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ministre turc des affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu.

KEYSTONE/EPA/TOLGA BOZOGLU

(sda-ats)

Le ministre turc des affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu ne viendra pas en Suisse dimanche. Sa visite a été reportée à une date indéterminée. Un responsable du parti au pouvoir à Ankara a en revanche participé vendredi soir à un meeting de campagne à Opfikon (ZH).

Interrogé par l'ats, Münir Sarucan, le vice-directeur de la section suisse de l'Union des démocrates turcs européens (UETD), organisatrice de l'événement, n'a pas précisé les raisons du report de la visite du chef de la diplomatie turque. Il confirmait une information de la SonntagsZeitung.

M. Cavusoglu était attendu en Suisse dimanche pour vanter la réforme de la Constitution promue par le président Recep Tayyip Erdogan. Les Turcs - dont les membres de la diaspora - devront se prononcer le 16 avril lors d'un référendum sur le renforcement des pouvoirs accordés au chef de l'Etat. Un rassemblement prévu à l'hôtel Hilton à Opfikon (ZH) avait toutefois été annulé par l'établissement.

Mario Fehr soulagé

Dans un communiqué, le directeur zurichois de la sécurité Mario Fehr a exprimé son "grand soulagement" après l'annulation de cette visite annoncée à court terme. "Une mise en danger aiguë de la sécurité publique" a ainsi pu être écartée.

Le conseiller d'Etat précise que des heurts entre groupes opposés étaient jugés probables à l'occasion de cet événement, ce qui aurait comporté des risques pour les protagonistes et pour des tiers.

Les autorités cantonales zurichoises avaient fait savoir qu'elles ne souhaitaient pas la venue de Mevlüt Cavusoglu par crainte de débordements. Le canton avait même interpellé le Conseil fédéral à ce sujet. Dans sa réponse donnée jeudi, Berne a toutefois estimé qu'il n'y a pas lieu d'interdire la visite du ministre turc.

Garantir la liberté d'expression

Une position défendue samedi par Didier Burkhalter sur les ondes de la RTS. Pas question de limiter les droits fondamentaux et la liberté d'expression. De cette manière, on montre clairement aux autres pays qu'il est important de garantir ce genre de droits, a expliqué le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Si la Confédération n'interviendra pas pour limiter la liberté d'expression, il est "clair" qu'elle peut prendre des mesures si les conditions de sécurité ne sont pas garanties, a ajouté M. Burkhalter. M. Cavusoglu aurait pu être empêché de se rendre où il l'avait prévu ou de faire ce qu'il avait prévu, a-t-il dit.

On a laissé des leaders kurdes s'exprimer en Suisse l'année passée, les leaders turcs doivent aussi pouvoir le faire dans le cadre de ce référendum du 16 avril, qui est très important pour l'avenir du pays, a-t-il souligné.

M. Cavusoglu a été empêché samedi par les autorités néerlandaises d'atterrir à Rotterdam, où il devait participer à une réunion de campagne. Il est arrivé dans la soirée à Metz, en France, où il doit participer dimanche à une réunion publique. La préfecture de Moselle a estimé que cette réunion ne présente pas de risque pour la sécurité.

Un politicien de l'AKP à Opfikon

En revanche, Hursit Yildirim, le vice-président du Parti de la justice et du développement (AKP) d'Istanbul, le parti au pouvoir en Turquie, a participé vendredi soir à un meeting de campagne à Opfikon (ZH).

Cette réunion s'est tenue auprès de l'organisation d'entrepreneurs turcs Müsiad Suisse. Entre 35 et 40 personnes y ont participé, a indiqué l'association samedi à l'ats. Comme la réunion n'était pas publique, la police n'a pas été impliquée, a précisé cette dernière.

M. Yildirim aurait dû s'exprimer vendredi à Spreitenbach (AG), à un meeting de campagne de l'UETD pour vanter la réforme de la constitution. Invoquant d'importants risques sécuritaires, les autorités argoviennes ont empêché la tenue de l'événement.

Initialement, Hursit Yildirim aurait dû se rendre à Zurich-Affoltern, où le meeting était annoncé comme "fête de famille". La Ville de Zurich a toutefois retiré son autorisation.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS