Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le Conseil des Etats s'inquiète des dégâts causés par le loup. Par 18 voix contre 13, il a adopté une motion de Jean-René Fournier (PDC/VS) qui remet en cause la convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe.
"La situation n'est plus tenable, la question devient un problème national", a averti le motionnaire. En Valais, le loup a déjà tué plusieurs centaines de moutons, créé beaucoup de stress et conduit à l'abandon de l'estivage de certains troupeaux, pour un impact estimé à 23 millions de francs par an.
Selon M. Fournier, il importe donc de modifier l'article 22 de la convention de Berne afin d'introduire une réserve permettant une régulation de la population de loups. Si le Conseil fédéral n'y parvient pas, il doit dénoncer la convention.
Changer une convention internationale pour 100 à 200 moutons tués par an est "tout à fait disproportionné", a rétorqué Robert Cramer (Verts/GE). Chaque année, 8000 à 12'000 moutons meurent d'autres causes.
En outre, la Suisse a déjà trouvé le moyen de réguler la population de loup, puisque sur les 15 à 20 grands canidés recensés sur le territoire, cinq ont déjà été abattus, ce qui est plus que n'importe où en Europe.
Le dossier passe au Conseil national.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS