Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet a annoncé sa candidature à la candidature pour la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral (archive).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Pierre Maudet se lance dans la course à la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral. "Les signaux sont au vert", estime le conseiller d'Etat genevois dont la candidature doit encore être formellement entérinée.

"Finalement, le moment tombe assez bien, nous sommes en fin de législature cantonale et j'ai réalisé l'essentiel de mes objectifs de législature", déclare M.Maudet dans une interview parue vendredi sur le site de la "Tribune de Genève". L'assemblée des délégués du PLR Genève se réunira mardi soir pour se prononcer sur cette candidature à la candidature.

Le communiqué du parti publié vendredi quelques minutes seulement après le délai pour annoncer les candidatures a mis fin à plusieurs semaines de suspense. Le secrétariat général du PLR genevois a enregistré la candidature unique du conseiller d'Etat Pierre Maudet, 39 ans, a ainsi indiqué le PLR Genève.

Le conseiller national Christian Lüscher, pressenti dans un premier temps pour se lancer après une première tentative en 2009, avait annoncé jeudi renoncer à se présenter. Il soutenait déjà une possible candidature de Pierre Maudet.

Canton contributeur

Le PLR Genève se dit convaincu que Pierre Maudet sera non seulement le candidat du PLR mais surtout celui de l'ensemble du canton, son action étant reconnue bien au-delà des frontières partisanes. La section cantonale met en avant son bilan, notamment en matière de lutte contre l'insécurité.

Alors que le Tessin revendique un siège après 18 ans d'absence au Conseil fédéral, Pierre Maudet affirme dans la Tribune de Genève qu'il "est effectivement légitime que le Tessin aspire à avoir un siège au Conseil fédéral, comme Genève, qui est le dernier canton romand contributeur à la péréquation intercantonale".

Légitimité des jeunes

Il reconnaît que l'"équilibre des sexes est une préoccupation parfaitement légitime aussi". Mais le magistrat relève aussi qu'"on pourrait soutenir qu'il est légitime que les jeunes, mettons les moins de 40 ans, qui représentent près de la moitié de la population, aient un élu au gouvernement".

Sur le site du Temps, M.Maudet déclare ne pas être un favori, étant donné qu'il n'est "ni parlementaire fédéral, ni femme". "Ma candidature est celle d'un outsider. Ce qui compte pour moi, c'est de rassembler, au-delà de mon parti, autour d'une candidature de contenu", ajoute-t-il dans cette interview.

Réflexion

Pour l'instant, seul le conseiller national tessinois Ignazio Cassis a été officiellement désigné par sa section cantonale. Dans le canton de Vaud, la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro s'est manifestée, la conseillère nationale Isabelle Moret y réfléchit et le conseiller aux Etats Olivier Français se tient à disposition. Une décision est attendue jeudi.

A Fribourg, le nom du conseiller national et directeur de l'Union suisse des paysans Jacques Bourgeois circule pour une éventuelle candidature. Le parti communiquera mercredi matin sur ce sujet après une réunion de son état-major.

Didier Burkhalter se retirera en automne après huit ans au Conseil fédéral. La direction nationale du PLR a indiqué qu'elle souhaitait une candidature latine. Sa présidente Petra Gössi a exclu une candidature unique. Les sections cantonales ont jusqu'au 11 août pour proposer des noms au parti suisse. Le groupe parlementaire décidera du ticket officiel le 1er septembre. L'élection aura lieu le 20 septembre.

ATS