Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tennis - C'est fini pour Fernando Gonzalez. Le Chilien a mis un terme à sa carrière après sa défaite au 1er tour du Masters 1000 de Miami.
Triple médaillé olympique, Gonzalez (31 ans) s'est incliné 7-5 4-6 7-6 (7/3) devant le Français Nicolas Mahut. Il a conclu sur une triste double faute après un combat de 2h42'
Le Chilien avait indiqué le mois dernier que Miami, un lieu cher à son coeur de Sud-Américain, serait le dernier tournoi de sa carrière sur le circuit ATP. Cet ancien no 5 mondial se retire du circuit avec trois médailles olympiques autour du cou, une finale de Grand Chelem (Open d'Australie 2007) et 11 titres ATP.
Il n'avait que très peu joué sur le circuit depuis une opération à la hanche droite fin 2010 (4 tournois en 2011, Miami était son 4e en 2012). "Les deux dernières années ont été difficiles. Je me suis dit que si je ne pouvais plus être à 100%, il était temps de passer à autre chose, explique-t-il. J'espère que les autres se souviendront de moi comme d'une personne plus que comme un joueur de tennis."
Gonzalez était réputé pour son énorme coup droit et quelques coups de sang souvent matérialisés en bris spectaculaires de raquette, à la Marat Safin. "Il était un des rares joueurs à pouvoir attaquer en étant pourtant sur la défensive, raconte son ex-entraîneur Larry Stefanki, cité par espn.com. Avec sa puissance du haut du corps (1m83, 82 kg), il était fort comme un boeuf."
Ses deux campagnes olympiques en ont fait un héros au Chili, remplaçant dans le coeur de ses compatriotes le sulfureux Marcelo Rios. Sa forte implication après le tremblement de terre de février 2010 a aussi renforcé sa popularité.
En 2004 à Athènes, il gagna - dans la même journée - la médaille d'or en double avec Nicolas Massu contre les Allemands Nicolas Kiefer/Rainer Schüttler et le bronze en simple aux dépens de l'Américain Taylor Dent. En 2008 à Pékin, où il était porte-drapeau de sa délégation, il perdit la finale olympique face à l'Espagnol Rafael Nadal.
En 2007, Gonzalez avait battu le Majorquin en quart de finale de l'Open d'Australie pour s'ouvrir la voie de la finale où il s'était incliné face à un Roger Federer au sommet de son art.

ATS