Navigation

Le FBI a plus de 2000 enquêtes en cours liées au terrorisme

Christopher Wray s'exprimait devant une sous-commission du Sénat. KEYSTONE/AP/ALEX BRANDON sda-ats
Ce contenu a été publié le 17 mai 2018 - 02:28
(Keystone-ATS)

Le FBI mène 1000 enquêtes sur des "loups solitaires" radicalisés de la mouvance islamiste, a déclaré mercredi son directeur Christopher Wray devant une commission du congrès des Etats-Unis. Plus de 1000 autres concernent des "terroristes" liés à la société américaine.

Entendu par une sous-commission du Sénat, Christopher Wray a expliqué que les "loups solitaires", décrits par un autre membre de la police judiciaire comme des individus souvent radicalisés via Internet en général et les réseaux sociaux en particulier, sont la "plus grande priorité dans la lutte contre le terrorisme actuellement."

Au total, le FBI a 1000 enquêtes en cours dans les 50 Etats des Etats-Unis, a déclaré son directeur. Il a précisé que ce chiffre ne comprenait pas les enquêtes sur Al-Qaïda, les enquêtes "habituelles" sur l'Etat islamique et les enquêtes sur le "terrorisme domestique."

Enquêtes très compliquées

Le responsable a expliqué que ces enquêtes étaient très compliquées, parce qu'il était très difficile d'entrer en contact avec ce genre de personnes, notamment parce qu'elles utilisent des armes simples, pas faciles à repérer, comme les couteaux ou les voitures.

En outre, le FBI mène un millier d'enquêtes sur les "terroristes domestiques", qui sont, selon l'autre membre de la police judiciaire, des membres de l'extrême droite, des militants violents anti-avortement ou des défenseurs extrémistes des droits des animaux, certains militants afro-américains ou de gauche.

Il y a un "chevauchement" dans les statistiques du FBI entre les enquêtes sur les loups solitaires et les enquêtes liées au mouvement de l'Etat islamique, précise ce policier.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.