Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Conséquence de l'abolition du taux plancher, Tornos affiche une perte de 2,5 millions de francs au premier semestre, contre un bénéfice de 2,2 millions à la même période de 2014. Les ventes du fabricant de machines-outils prévôtois ont chuté de 8,5% à 85,6 millions.

Après la décision de la Banque nationale suisse (BNS), "en 24 heures, un nouveau cadre macroéconomique s'est mis en place: les produits ont vu leurs prix grimper de plus de 12% par rapport à la concurrence internationale", explique Tornos mardi dans un communiqué.

Le groupe évalue à 1,2 million les pertes de change sur le résultat net, imputables à l'abandon du cours plancher de 1,20 franc pour un euro mi-janvier. Quant au chiffre d'affaires, après correction des effets de change, le repli n'est plus que de 2,5%.

Semaines allongées

Le résultat d'exploitation (EBIT) est de -0,9 million, contre 2,2 millions un an plus tôt. Il a été impacté négativement à hauteur de 2,4 millions de francs par le nouveau contexte de change. Corrigé de ces effets, il s'élève à 1,7 million, soit 0,7 million de francs en dessous du niveau de l'an dernier.

Ces effets négatifs ont pu en partie être enrayés par les mesures de réduction des coûts prises par le groupe après l'annonce de la BNS, notamment un allongement du temps de travail hebdomadaire en Suisse de 40 à 43 heures. Leur effet positif se chiffre à 0,9 million sur l'EBIT, estime Tornos.

Avant dépréciations et amortissements, le résultat (EBITDA) a plongé de 88,7% sur un an à 0,4 million.

La performance s'est avérée globalement inférieure aux attentes des analystes consultés par l'agence awp. Les conséquences se sont aussitôt manifestées à l'ouverture de la Bourse suisse, avec une chute de plus de 6,7% du titre. Vers 11h15, la nominative s'échangeait à 3,88 francs, en baisse de 5,8% par rapport au cours de la veille.

Plombé en Suisse, porté par l'Europe

Reflet des difficultés conjoncturelles, les entrées de commandes ont nettement reculé de 9,5%, à 92,3 millions de francs. Elles suivent une évolution contrastée selon les zones géographiques.

En Suisse, le fabricant de machines-outils constate un ralentissement depuis le printemps, suite à une baisse des intentions d'investissement, liée au nouvel environnement de change. En particulier dans l'industrie horlogère. L'Asie du sud-est a aussi connu un tassement, avec des commandes "inférieures aux attentes".

Elles ont en revanche progressé en Europe par rapport à l'an dernier. Le groupe se réjouit également de l'évolution "satisfaisante" des entrées de commandes aux Etats-Unis.

Potentiel en Chine

Enfin, Tornos voit un potentiel de croissance sur le marché de la grande Chine (Chine, Hong Kong et Taïwan), avec l'implantation de nouvelles unités de production par d'importants fournisseurs européens, notamment dans l'industrie automobile.

Pour la suite de l'exercice, malgré un environnement difficile et incertain, l'entreprise, qui employait 644 personnes à fin juin, pense pouvoir compenser au dernier trimestre la baisse de l'activité habituelle pendant les mois d'été. Mais elle ne table pas pour autant sur une croissance du résultat par rapport à l'an dernier.

ATS