Navigation

Le gouvernement égyptien augmente fortement le prix de l'essence

Ce contenu a été publié le 05 juillet 2014 - 13:28
(Keystone-ATS)

Le gouvernement égyptien a drastiquement augmenté le prix de l'essence vendredi. Le Caire tente de juguler le déficit du pays en réduisant ses coûteuses subventions. Cette décision impopulaire pourrait constituer le premier défi du président récemment élu Abdel Fattah al-Sissi.

Le décret gouvernemental publié vendredi soir a pris effet à minuit. Il fait passer le prix du litre d'essence à indice d'octane 92 de 1,85 livre égyptienne (0, 23 franc) à 2,6 livres (0, 32 franc), celui d'indice 80 de 0,9 livre à 1,6 livre. Le prix du litre de diesel est passé de 1,1 livre à 1,8 livre, selon l'agence officielle Mena.

Les crises à répétition depuis la révolte populaire du début 2011 ont fait fuir touristes et investisseurs et mis l'économie égyptienne à genoux. Les gouvernements successifs ont tous appelé à supprimer les subventions sur l'essence, actuellement vendue à l'un des prix les plus bas du monde.

Mais, redoutant une fronde populaire, aucun n'a mis en place cette mesure. Le président élu en mai, l'ex-chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi, s'est engagé à l'appliquer. Il a assuré ne pas s'inquiéter de son impopularité.

Le gouvernement a également approuvé une augmentation des impôts et annoncé que le prix de l'électricité augmenterait graduellement sur cinq ans.

Pas les denrées alimentaires

Le Premier ministre Ibrahim Mahlab a appelé les Egyptiens à "comprendre les défis actuels et à soutenir le gouvernement". Il a promis que les augmentations ne toucheraient pas les denrées alimentaires, selon le quotidien gouvernemental "Al-Ahram".

M. Mahlab avait estimé en mai que les subventions sur les hydrocarbures coûtaient à l'Etat 16 milliards d'euros par an, contre 6,5 milliards d'euros pour le budget de l'Education ou celui de la Santé.

L'Etat consacre plus de 30% de son budget aux subventions sur l'essence et les produits alimentaires. Près de 40% de la population égyptienne vit en dessous ou tout juste au-dessus du seuil de pauvreté (2 dollars par jour), selon le gouvernement.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.