Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bangkok - Les premiers espoirs de dialogue ont été douchés samedi en Thaïlande. Le premier ministre a rejeté l'offre des manifestants qui s'étaient déclarés prêts à discuter sous réserve d'une dissolution de la chambre basse d'ici 30 jours.
"L'ultimatum de 30 jours n'est pas le problème. Une dissolution (de la chambre basse) doit être effectuée pour le bien de tout le pays et non simplement pour celui des 'chemises rouges', et cela doit être fait au bon moment", a déclaré Abhisit Vejjajiva.
Ces dernières semaines, M. Abhisit n'a pas dévié d'un pouce. Il n'a jamais envisagé démissionner avant fin 2010, soit un an avant le terme de l'actuelle législature. De timides pourparlers, fin mars, s'étaient déjà soldés par un échec.
Les "rouges", pour leur part, ont longtemps réclamé son départ immédiat avant de proposer vendredi une dissolution sous 30 jours, et des élections sous trois mois. Cette nouvelle fin de non recevoir survient alors que les deux camps semblaient afficher des signes de bonne volonté pour tenter de sortir de l'impasse politique qui paralyse le royaume.
La crise a pris un tour radicalement violent avec les affrontements du 10 avril (25 morts, plus de 800 blessés) et les attaques à la grenade de jeudi soir (un mort, 85 blessés). Les "chemises rouges" ont affirmé samedi redouter une opération imminente des forces de l'ordre.
Parallèlement, des signaux contradictoires émanaient de l'armée, acteur incontournable de la vie politique, à l'origine du coup d'Etat qui a renversé en 2006 l'ex-Premier ministre en exil et idole des "rouges", Thaksin Shinawatra.
Alors que le chef de l'armée, Anupong Paojinda, a réitéré son refus d'écraser le mouvement par la force, le porte-parole de l'armée, le colonel Sunsern Kaewkumnerd, a maintenu la pression contre ceux qu'il a qualifiés de "terroristes".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS