Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les routes cantonales seront les grandes perdantes du budget 2016 de l'Etat du Valais. Les parlementaires cantonaux ont fait part de leur inquiétude mercredi au Grand Conseil et proposent des adaptations malgré les mesures d'économie.

Réduire de deux tiers, soit 50 millions de francs, le budget pour les routes cantonales c'est beaucoup, a estimé Christophe Claivaz (PLR) lors du débat d'entrée en matière sur le budget 2016 de l'Etat. Il n'a pas été le seul à exprimer cette inquiétude. L'UDC, le PS et le PDC ont aussi critiqué cette mesure.

Le sacrifice fait aux dépens des routes n'est pas contesté sur le fond, mais dans son ampleur. Tous les groupes proposent que le budget pour les routes cantonales soit amputé de moitié plutôt que de deux tiers.

Globalement satisfait

Globalement, le parlement cantonal est satisfait par un budget 2016 qui pourra absorber une partie des découverts de plus de 80 millions de francs des années 2013 et 2014. Le budget 2016 prévoit un excédent de revenu de 36,2 millions de francs et un excédent de financement de 42,6 millions sur un budget de 3,2 milliards de francs.

Le gouvernement a fixé des priorités pour les investissements: l'autoroute A9, la 3e correction du Rhône, la ligne ferroviaire du Simplon, le tourisme. Cette option a été défendue par le président de la commission des finances Patrick Fournier (UDC). Ces investissements engendrent une importante manne fédérale, c'est important pour les entreprises du canton.

Pour les routes cantonales, le levier est plus faible. Le canton est le principal pourvoyeur de fonds. "Le choix d'investissement du gouvernement tient la route", a estimé M. Fournier. Chef du département des finances, Maurice Tornay a admis qu'il était "difficile de ne mécontenter personne".

Inconnue à 26 millions

Le détail du projet de budget sera discuté lors de la session de décembre. D'ici là, l'électorat aura été appelé à se prononcer sur un paquet de mesures d'économies de 26 millions de francs déjà intégré au budget. Si les mesures sont refusées, les coupes budgétaires seront encore plus sévères.

Les parlementaires ont appelé à accepter ce paquet. Le référendum avait été lancé par l'Union des indépendants (UDI) qui contestait l'augmentation de 10% de l'impôt sur les véhicules à moteur, une mesure qui pèse pour 6 millions de francs sur l'ensemble de 26 millions.

En cas de refus, les autres mesures du paquet, indolores pour la population selon le gouvernement, ne pourraient pas être appliquées. Le gouvernement devrait alors chercher ailleurs les 26 millions de francs d'économies. Le scrutin aura lieu le 29 novembre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS