Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un groupe d'investisseurs sino-japonais a acquis les biens sous séquestres du constructeur automobile suédois Saab, via National Electric Vehicle Sweden AB (NEVS), une société immatriculée en Suède, ont annoncé mercredi les administrateurs. Saab s'était déclaré en faillite fin décembre.

"NEVS et les administrateurs de Saab Automobiles ont conclu un accord sur l'achat de la majorité des actifs de Saab Automobile AB, Saab Automobile Powertrain AB et de Saab Automobile Tools AB", ont déclaré les administrateurs et les représentants de NEVS dans un communiqué commun qui n'a pas précisé le montant de la transaction.

NEVS a affirmé vouloir développer et construire, à l'usine de Trollhättan (sud-ouest de la Suède) où étaient produites les Saab, des véhicules électriques dont le premier modèle sera issu de la Saab 9-3 et commercialisé fin 2013 ou début 2014.

Entrave américaine

NEVS est une société suédoise fondée au printemps 2012 pour racheter Saab. Elle est financée par un groupe chinois basé à Hong Kong spécialisé en énergies alternatives et par un fonds d'investissement japonais.

Saab (Saab Automobile, Saab Tools et Saab Powertrain) s'est déclaré en faillite le 19 décembre 2011. Une tentative désespérée de lever des fonds en Chine avait été contrariée par l'ancien propriétaire, l'Américain General Motors, qui avait refusé un transfert de brevets.

Les actifs du constructeur suédois couvrent moins d'un tiers de ses dettes ont annoncé le 10 avril les administrateurs chargés de la liquidation.

ATS