Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'économie suisse tirera bénéfice de l'essor de l'économie mondiale, qui devrait encore s'élargir dans les prochains trimestres (image symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La conjoncture suisse affiche un regain de dynamisme, selon le KOF. L'institut zurichois a cependant révisé à la baisse ses prévisions de progression du produit intérieur brut (PIB) cette année.

Le centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) prévoit une progression du produit intérieur brut (PIB) de 1,3% cette année, contre 1,5% en mars, indique-t-il vendredi. Pour 2018, le KOF prévoit un taux de croissance à 2,1% en cas de persistance de la situation conjoncturelle. Il l'avait déjà relevé à 1,9% en mars.

L’estimation de l'évolution actuelle et future s’avère cependant légèrement plus positive, note le KOF. La révision du taux de croissance annuel s’explique par le faible développement du premier trimestre, selon le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

L'économie suisse tirera bénéfice de l'essor de l'économie mondiale, qui devrait encore s'élargir dans les prochains trimestres. Les entreprises les plus affectées par l’appréciation du franc se sont adaptées, dans une large mesure, à l’évolution de la situation, note le KOF. Les interventions plus fréquentes de la Banque nationale suisse (BNS) ont permis d’éviter une nouvelle appréciation du franc.

Les prix recommencent à augmenter peu à peu (0,3% en 2017 et 2018), après cinq années de baisse. Concernant le marché du travail, qui envoie des informations de plus en plus positives, le KOF ne prévoit globalement aucune hausse du chômage, mais aucune diminution non plus. Le taux de chômage devrait ainsi s’élever à 4,9% cette année et 4,8% l’an prochain, selon la définition de l'OIT.

ATS