Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au grand désarroi des amateurs de cueillette de champignons, leurs paniers restent maigrichons à cause de la sécheresse (archives).

KEYSTONE/ARNO BALZARINI

(sda-ats)

Les paniers des cueilleurs de champignons restent désespérément vides. La sécheresse a en effet des conséquences négatives sur la flore fongique, tant sur la quantité que sur la variété. Si elle perdure, on pourrait s'acheminer vers la pire saison en 15 ans.

"Quand la mousse craque sous vos pieds en forêt, chaque champignon que vous trouvez devient alors un petit miracle", résume Monika Christen, contrôleuse des champignons de la région de Berne, dans une vidéo de l'agence Keystone-SDA. En dehors des champignons qui poussent sur les rameaux et les branches, on ne voit pas grand-chose à l'heure actuelle. "Le temps est simplement trop sec", explique la spécialiste.

Le manque de pluie de ces derniers mois affecte à la fois la variété et la quantité de champignons en Suisse. Mme Christen, en poste depuis 17 ans, doit remonter loin en arrière pour se souvenir d'une situation similaire. C'était en 2003. Avec un effet secondaire: la saison 2004 avait également été plutôt maigre.

L'espoir n'est pas vénéneux!

Mais selon l'inspectrice, la situation peut très vite tourner et toutes les régions ne sont pas pareillement touchées par la sécheresse. L'espoir pour les amateurs de cueillette n'est donc pas complètement perdu.

L'année 2018 pourrait d'ailleurs être une très bonne année à champignons, car la saison avait plutôt bien commencé. Les cèpes ont particulièrement bien proliféré au printemps. Mais pour terminer sur une bonne année fongique 2018, il faudra désormais beaucoup de pluie, insiste Mme Christen.

Le manque d'humidité limite par ailleurs aussi la croissance des champignons. Et c'est dangereux, selon la spécialiste. "La sécheresse rend plus difficile l'identification correcte des champignons", explique-t-elle.

Les gros champignons peuvent par exemple soudainement rester très petits ou la surface du chapeau peut subitement être moins lisse que d'habitude, voire déchirée. "Cela peut amener une confusion chez les cueilleurs moins expérimentés", avertit Mme Christen.

Effet positif: moins d'intoxication

Et les conséquences sont parfois dévastatrices. Chaque année, plusieurs centaines de cas d'intoxication fongique sont signalés au centre de consultation Tox Info Suisse. Cela dit, l'expérience des années passées démontre que plus il y a de champignons plus il y a d'empoisonnements.

Ce n'est donc pas une surprise de voir le nombre d'intoxications aux champignons diminuer depuis le début de la période sèche. "De la mi-juin à la mi-août, nous avons reçu beaucoup moins d'appels que l'année précédente", confirme à Keystone-ATS Katharina Schenk-Jäger, médecin chez Tox Info Suisse.

Au cours de l'été 2017, Tox Info Suisse avait enregistré 128 cas d'empoisonnements fongiques. Cette année, il n'y en a eu que 49 jusqu'ici. La sécheresse n'a donc pas que des conséquences négatives.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS