Toute l'actu en bref

Difficile par ces temps pour les ministres et représentants du parti du président turc Erdogan, l'AKP, de se faire entendre auprès de la diaspora turque en Europe, notamment en Allemagne, en Suisse et aux Pays-Bas (photo symbolique).

Keystone/DPA dpa/A4262/_HENNING KAISER

(sda-ats)

La police argovienne a interdit le meeting de campagne que l'Union des démocrates turcs européens (UETD) comptait tenir vendredi soir dans ses locaux à Spreitenbach (AG). Les autorités ont invoqué des raisons de sécurité pour empêcher la tenue de l'événement.

Le vice-président de l'AKP (parti au pouvoir) d'Istanbul Hursit Yildirim devait y prendre la parole.

C'est la conclusion à laquelle est arrivée la police après avoir évalué la situation, a indiqué vendredi le Département argovien de l'économie et des affaires intérieures dans un communiqué. Pour la police cantonale, il existe "d'importants risques sécuritaires".

Elle a pris sa décision après consultation aussi avec les autorités politiques du canton d'Argovie. Les organisateurs ont été informés.

Meeting de propagande

Ce meeting de propagande électorale que l'UETD comptait d'abord tenir à Zurich-Affoltern avait été déplacé au siège de l'UETD pour ce vendredi soir à Spreitenbach. Il avait été annoncé comme une fête de famille. Sur sa page Facebook, l'UETD avait ensuite annoncé que le lieu était modifié, mais que le programme de la soirée ne changeait pas.

La police argovienne avait appris vendredi matin par les médias qu'un meeting était prévu à Spreitenbach. Apprenant que la soirée familiale était en fait un meeting politique, les autorités de la ville de Zurich avaient, elles, retiré l'autorisation accordée. La soirée aurait dû avoir lieu dans un bâtiment appartenant à la ville. Cette information du Tages-Anzeiger a été confirmée par le service de gérance immobilière de la ville.

Faux prétexte

L'autorisation a été retirée, car la salle a été réservée sous un faux prétexte et parce que ces locaux ne peuvent être loués qu'à des habitants et non à des personnes extérieures, dans ce cas l'UETD. Le local est prévu pour accueillir un maximum de 60 personnes, ce qui a aussi motivé la décision de ne pas autoriser le meeting, a précisé le service de gérance.

Un autre meeting organisé par l'UETD pourrait aussi devoir trouver un nouveau lieu, pour autant que sa tenue soit confirmée. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu aurait en effet dû s'exprimer à l'hôtel Hilton à Opfikon (ZH). La direction de l'hôtel a annulé la manifestation.

Les autorités cantonales zurichoises ont fait savoir qu'elles ne souhaitaient pas la venue du chef de la diplomatie turque par crainte de débordements. Le canton a interpellé Conseil fédéral à ce sujet. Berne estime toutefois qu'il n'y a pas lieu d'interdire la venue de Mevlüt Cavusoglu.

ATS

 Toute l'actu en bref