Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Xu Zhiyong (c.) a fondé le "Mouvement des nouveaux citoyens", un réseau informel qui organisait des rassemblements et des discussions sur des sujets liés à la société civile, de l'égalité dans l'éducation à la corruption des élites (archives).

KEYSTONE/AP/GREG BAKER

(sda-ats)

Un des principaux militants chinois des droits humains a été libéré samedi après quatre années de détention, ont annoncé les autorités. Xu Zhiyong était le fondateur d'un mouvement réclamant plus de transparence sur le patrimoine des dirigeants politiques.

"Xu Zhiyong a été libéré à l'expiration de sa peine le 15 juillet 2017", a indiqué l'Administration des prisons de la ville de Pékin sur son site internet. "Des membres de sa famille sont venus le chercher" à sa sortie de prison, ajoute-t-elle.

Son avocat Zhang Qingfang le décrit en bonne forme physique. Il précise l'avoir tenu informé des "événements de l'extérieur", notamment la mort du prix Nobel de la paix Liu Xiaobo, à propos de laquelle il s'est dit "bouleversé".

Le militant, aujourd'hui âgé de 44 ans, avait été arrêté en juillet 2013. Il avait été condamné début 2014 à quatre ans de prison pour "rassemblement illégal visant à perturber l'ordre public". Son procès s'était tenu à Pékin sous haute sécurité.

Scandale du lait maternisé

Xu Zhiyong a enseigné le droit à l'université de Pékin et s'est présenté lors d'une élection locale. Il s'était fait connaître en 2003 en aidant les victimes d'un lait maternisé contaminé, ainsi que des migrants sans accès à la santé ni au système éducatif.

Il a fondé le "Mouvement des nouveaux citoyens", un réseau informel de militants. Celui-ci organisait des rassemblements et des discussions sur des sujets liés à la société civile, de l'égalité dans l'éducation à la corruption des élites.

"L'idée du Mouvement des nouveaux citoyens n'est pas de renverser mais d'établir", écrivait-il dans un essai en 2010. "Il ne s'agit pas d'une classe sociale supplantant une autre classe sociale, mais de permettre à la justice d'avoir droit de cité en Chine."

ATS