Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"J'ai l'honneur de servir en tant que ministre de la Justice. Je prévois de continuer à le faire pour aussi longtemps que ce sera approprié", a déclaré Jeff Sessions jeudi.

KEYSTONE/EPA/JIM LO SCALZO

(sda-ats)

Le ministre américain de la Justice Jeff Sessions prévoit de rester à son poste malgré le désaveu la veille au soir du président Donald Trump. Ce dernier lui a reproché sa gestion de l'affaire d'ingérence russe dans l'élection présidentielle de 2016.

"J'ai l'honneur de servir en tant que ministre de la Justice. C'est un honneur qui dépasse ce que j'aurais jamais pu imaginer", a-t-il déclaré jeudi lors d'une conférence de presse. "Je prévois de continuer à le faire pour aussi longtemps que ce sera approprié".

A la veille des six mois de sa présidence, Donald Trump a confié dans un entretien au New York Times qu'il n'aurait jamais nommé Jeff Sessions au poste de ministre de la Justice s'il avait su que ce dernier se récuserait dans l'enquête du FBI concernant l'affaire russe.

M. Sessions s'est en effet récusé dans l'enquête du FBI - sous tutelle du ministère de la Justice- après la révélation d'une rencontre avec l'ambassadeur russe à Washington, Sergueï Kisliak, pendant la campagne.

Trump Jr. éclaboussé

Depuis plusieurs mois, le président américain est confronté à une série de révélations concernant une possible collusion entre des membres de son équipe de campagne et des responsables russes - dont M. Kisliak -, sur fond d'accusations d'ingérence de Moscou dans le processus électoral américain. Plusieurs enquêtes, au Congrès et au FBI, sont en cours sur cette affaire russe.

Le fils aîné du président, Donald Trump Jr., vient à son tour d'être éclaboussé. Il sera entendu mercredi au Sénat pour s'expliquer sur sa rencontre en juin 2016 avec une avocate russe pour tenter d'obtenir des informations potentiellement compromettantes sur Hillary Clinton, la rivale démocrate de Donald Trump.

ATS