Navigation

Le nombre de victimes du loup en forte hausse en Valais

Le loup a tué 269 animaux de rente en Valais durant les dix premiers mois de l'année (archives). KEYSTONE/MARCO SCHMIDT sda-ats
Ce contenu a été publié le 05 décembre 2018 - 10:40
(Keystone-ATS)

Le loup a tué 269 animaux de rente en Valais entre le 1er janvier et le 31 octobre 2018. Ce nombre est en forte hausse par rapport à la même période de l'an dernier, où le grand prédateur avait fait seulement 46 victimes.

Neuf loups ont pu être formellement identifiés en Valais durant cette période, selon le bilan dressé mercredi par le Service de chasse, de la pêche et de la faune (SCPF). Malgré un monitoring intense, aucune reproduction n'a pu être établie jusqu'à fin octobre.

Parmi les 269 moutons tués, 98 l'ont été dans des conditions protégées, 70 dans des situations non protégeables et 101 sans être protégés.

Le montant total des dégâts enregistré à ce jour, y compris les soins vétérinaires apportés aux animaux blessés, se monte à 118'450 francs. La Confédération prend en charge 80% du montant des dommages.

Dégâts chez le gibier

Le loup a également fait des dégâts chez le gibier. Ce sont surtout les cerfs, les chevreuils, mais également les chamois qui ont été attaqués. En tout, 37 animaux morts ont été comptabilisés.

Ce nombre n’est cependant pas représentatif, car une grande partie des victimes demeurent introuvables, explique le SCPF. En hiver, les zones concernées sont difficilement accessibles, soit les jeunes animaux sont complètement dévorés en période de mise à bas ou les carcasses sont dispersées par les charognards.

Tirs non réalisés

Les analyses ADN ont permis l’identification formelle de neuf loups en Valais. Deux nouvelles louves, F40 dans la région du Val d’Illiez ainsi que F41 dans le Val d’Entremont, s’ajoutent aux animaux déjà connus et répertoriés cette année.

Deux autorisations de tir ont été délivrées fin septembre, début octobre pour les régions du Haut-Valais et du Valais central. Malgré la période de la chasse haute, les tirs n'ont pas pu être effectués. Les prédateurs ont été aperçus plusieurs fois par les chasseurs, mais en dehors des périmètres de tir définis par la législation.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.