Navigation

Le nouveau Parlement irakien ajourne sa première session

Ce contenu a été publié le 01 juillet 2014 - 12:59
(Keystone-ATS)

La session inaugurale du nouveau Parlement irakien, élu en avril, a été ajournée mardi. Le doyen de l'assemblée, qui fait office de président, a annoncé qu'une nouvelle session aurait lieu dans une semaine si les circonstances le permettent

Cette session est ajournée, elle aura lieu la semaine prochaine dans l'éventualité d'un accord", a expliqué Mehdi al Hafidh. Peu avant, il a fait savoir que les députés n'avaient pas pu s'entendre sur la nomination du président du nouveau Parlement et que le quorum n'était pas atteint.

Alors que 255 des 328 députés étaient présents mardi matin à l'ouverture de la session inaugurale, 75 seulement sont retournés en séance après une pause dans les débats.

La session s'était ouverte en présence du Premier ministre sortant Nouri al-Maliki, qui brigue un 3e mandat. Les députés devront notamment élire un président de la République, lequel désignera un Premier ministre, poste le plus important de l'Etat irakien.

Le pays est la cible d'une offensive d'envergure des jihadistes sunnites. Ces derniers ont proclamé dimanche l'établissement d'un califat sur les vastes territoires dont ils se sont emparés, entre la ville d'Alep (nord de la Syrie) et la province de Diyala (est de l'Irak).

Longtemps favori, M. Maliki semble dans une position plus délicate aujourd'hui, l'offensive jihadiste et les accusations de sectarisme à son encontre réduisant progressivement ses chances de se voir confier un nouveau mandat.

Long processus

Des candidats potentiels commencent à émerger, et les noms de personnalités connues des Irakiens circulent, comme l'ancien vice-président Adel Abdel Mehdi, l'ex-Premier ministre Ibrahim al-Jafaari ou l'ancien vice-Premier ministre Ahmed Chalabi. Néanmoins, préviennent des députés interrogés par l'AFP, le processus sera long.

Le nouveau Parlement devra, après la désignation d'un président de l'assemblée, élire dans un délai d'un mois un président de la République. Celui-ci disposera ensuite de 15 jours pour désigner un Premier ministre, qui aura à son tour 30 jours pour former un gouvernement.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.