Navigation

Le patron de Corum débarqué par les propriétaires chinois

Ce contenu a été publié le 08 avril 2014 - 17:16
(Keystone-ATS)

Antonio Calce n'est plus le patron de la marque horlogère neuchâteloise Corum: il a été "libéré de son poste" par le groupe China Haidian, propriétaire de l'entreprise. Jacques-Alain Vuille, qui fait partie de l'équipe de direction, a été nommé vice-président exécutif pour le remplacer dans les affaires courantes.

Le directeur général "a été invité à prendre le poste de consultant auprès des propriétaires de Montres Corum. Afin de lui permettre de remplir sa nouvelle tâche, Montres Corum a libéré Antonio Calce de son poste de CEO dès ce jour", a indiqué la société mardi dans un bref communiqué. Elle revenait sur une information publiée sur le site internet du "Matin", sans fournir de précisions supplémentaires.

Corum, basée à La Chaux-de-Fonds, est passée en mains chinoises il y a un an pour 86 millions de francs. Le conglomérat de Hong Kong avait déjà racheté auparavant la marque soleuroise Eterna. Il possède en outre la biennoise Codex.

Artisan de la relance

Antonio Calce, un ancien du groupe Richemont, a rejoint Corum en 2005 et a relancé la marque, qu'il a dirigée à partir de 2007. Il a pris aussi la tête d'Eterna l'an passé. Il avait alors évoqué dans la presse de possibles synergies entre les deux manufactures.

Il assurait toutefois que celles-ci ne seraient pas réunies sous un même toit. Il se disait convaincu qu'en l'espace de cinq ans, le personnel serait plus nombreux qu'en 2013 (120 employés chez Corum et 80 chez Eterna).

Dans le passé, China Haidian avait tenté sans succès de lancer une nouvelle marque à Bienne. Le groupe possède par ailleurs en Chine les marques Rossini et Ebohr destinées au marché local. Il est aussi actif dans le fil de cuivre isolé à la laque et l'immobilier.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article