Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - Le personnel de la compagnie aérienne Baboo se mobilise contre les licenciements annoncés il y a une semaine à Genève. Il a donné vendredi un délai de dix jours à la direction pour entamer des négociations.
"Les droits des employés n'ont pas été respectés dans le cadre d'un licenciement collectif. Il n'y a pas eu de procédure de consultation avec la direction", a expliqué le secrétaire du Syndicat des services publics (SSP), Yves Mugny.
"Le personnel n'a eu accès à aucune information sur l'évolution de la compagnie et a été informée par la presse du rachat par Darwin. En outre, ses revendications n'ont pas été prises en considération et les critères de licenciement ne sont pas clairs", a affirmé Yves Mugny.
Le 25 novembre, la compagnie aérienne régionale tessinoise Darwin Airlines avait annoncé le rachat de Baboo. La compagnie genevoise fondée en 2003 avait annoncé en septembre un plan de restructuration faute d'être bénéficiaire. Elle a commencé par supprimer des destinations en octobre et a licencié fin novembre 52 de ses 167 employés.
Menace de débrayagesLe personnel de Baboo a décidé en assemblée générale d'entamer une action à l'aéroport. Elle pourrait prendre la forme de débrayages, si des négociations avec la direction ne donnent pas de résultats dans les dix jours.
Le personnel redoute également que d'autres licenciements aient lieu dans le cadre de la reprise de Baboo par Darwin Airlines, dont le siège est à Lugano (TI). Baboo ne vole plus que vers dix destinations en Europe.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS