Navigation

Le Premier ministre grec Antonis Samaras remanie son gouvernement

Ce contenu a été publié le 09 juin 2014 - 19:44
(Keystone-ATS)

Le Premier ministre grec, le conservateur Antonis Samaras, a procédé lundi à un profond remaniement ministériel. Celui-ci est marqué par la nomination au portefeuille crucial des Finances de Guikas Hardouvelis.

Intervenant à mi-mandat de la coalition droite-socialiste dirigée depuis deux ans par M. Samaras, ce remaniement vise à donner un nouveau souffle au gouvernement, critiqué pour la poursuite des mesures de rigueur draconiennes dictées par les créanciers du pays, UE et FMI.

Pro-européen

Guikas Hardouvelis, professeur des Finances à l'Université du Pirée et conseiller économique de l'Eurobank, l'une des principales banques grecques, avait été directeur de l'ex Premier ministre Lucas Papademos entre novembre 2011 et mai 2012, au pic de la crise grecque.

Pro-européen et issu du même milieu de centre-gauche comme son prédécesseur Yannis Stournaras, M. Hardouvelis avait participé aux négociations de la restructuration de la dette grecque en 2012, qui avait effacé près de 106 milliards d'euros d'obligations détenues par les créanciers privés surtout les banques.

Yannis Stournaras, qui a conservé le portefeuille des Finances pendant deux ans, devrait prendre la tête de la Banque de Grèce dont le mandat de l'actuel gouverneur, Georges Provopoulos, arrive à échéance à la mi-juin, selon les médias grecs.

Rétablir l'image du gouvernement

Ce remaniement au cours duquel au moins cinq ministres ont été remplacés, dont celui de l'Education, de la Santé, du Développement et de l'Intérieur, vise, à mi-mandat, à rétablir l'image du gouvernement ternie par la victoire aux élections européennes du principal parti d'opposition, la Gauche radicale Syriza.

Le Syriza a devancé de plus de 3% le parti conservateur Nouvelle-Démocratie, critiqué pour sa politique d'austérité.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article