Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Fonds souverain qatari Qatar Holdings, deuxième actionnaire du groupe minier zougois Xstrata, réclame une amélioration des conditions de la fusion du groupe avec son concurrent Glencore. Il fait ainsi peser une menace sur le projet censé créer un mastodonte du secteur minier.

Il est prévu jusqu'à présent que les actionnaires de Xstrata reçoivent 2,8 actions Glencore pour chacun de leur titre. Mais "Qatar Holding pense qu'un ratio d'échange de 3,25 actions Glencore pour une action Xstrata assurerait une répartition plus appropriée des bénéfices lors de la fusion tout en reconnaissant de manière appropriée la valeur de Xstrata", explique le fonds souverain.

Relèvement de l'offre attendu

Qatar Holding détient 10,977% du capital de Xstrata, selon les données publiées sur le site internet de la Bourse de Londres. Cela en fait le deuxième actionnaire derrière Glencore (33,65%).

Les analystes s'attendent à ce que Glencore améliore rapidement son offre à laquelle certains actionnaires se sont opposés dès le départ.

Il n'est toutefois pas encore certain que Glencore relève son offre à 3,25 nouvelles actions Glencore pour chaque action Xstrata, un niveau que certains analystes jugent destructeur de valeur pour le géant zougois des matières premières.

Assemblée générale reportée

Glencore avait annoncé en février son intention de fusionner avec son homologue Xstrata, créant un mastodonte du secteur pesant 90 milliards de dollars en Bourse.

L'opération doit être finalisée au troisième trimestre de cette année, sous réserve du feu vert des actionnaires. Glencore tiendra son assemblée générale le 11 juillet. De son côté Xstrata a décidé de reporter la sienne, prévue le 12 juillet, à une date ultérieure après la révision des primes destinées aux dirigeants, a indiqué à l'AFP une porte-parole.

ATS