Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le rachat du groupe de techniques médicales d'origine soleuroise Synthes par l'américain Johnson & Johnson est sous toit. La transaction, divulguée il y a quatorze mois pour un montant de 21,3 milliards de dollars, prendra effet définitif jeudi.

Le dénouement était attendu. Les partenaires ont passé toutes les étapes devant y aboutir, annonçant la semaine passée une finalisation pour le 14 juin. Celle-ci est tombée suite au feu vert donné par l'autorité américaine de régulation FTC (pour Federal Trade Commission) mardi, à la clôture de la Bourse de New York.

Le rachat de Synthes, entité spécialisée dans les implants orthopédiques, par Johnson & Johnson avait été annoncé en avril de l'an dernier. La somme de 21,3 milliards de dollars équivaut au cours actuel à 20,5 milliards de francs.

Filiale à 100%

Synthes deviendra dès jeudi une filiale à 100% du groupe américain de pharmacie et d'hygiène. Le siège principal de l'entreprise fondée par l'entrepreneur bernois Hansjörg Wyss en 1977 se trouve à West Chester, en Pennsylvanie.

Les actions Synthes seront cotées à la Bourse suisse pour la dernière fois ce mercredi. L'opération de rachat a aussi reçu l'aval de la Commission européenne il y a deux mois, après que Johnson & Johnson eut préalablement accepté de céder l'intégralité de son activité traumatologie.

Celle-ci a été vendue début avril au groupe américain Biomet. La transaction, dont le prix se monte à 280 millions de dollars, concerne un site de Johnson & Johnson au Locle (NE), où quelque 260 personnes vont du coup changer d'employeur.

Pour mémoire, Synthes a vu son chiffre d'affaires légèrement augmenter au premier trimestre 2012. L'entreprise a ainsi réalisé des ventes de 997,5 millions de dollars, soit une progression de 1,5% par rapport à la même période de l'an dernier.

ATS