Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

UBS a retenu l'attention lors de la séance de lundi à la Bourse suisse (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a connu une séance en dents de scie lundi. Le SMI a joué à saute-moutons autour de la barre psychologique des 9500 points durant une grande partie de la journée et il a terminé un peu au-dessus.

Le SMI a fini en hausse de 0,20% à 9529,13 points, son plus haut du jour et après un plus bas à 9475,06. Le SLI a gagné 0,15% à 1569,86 points et le SPI 0,14% à 10'950,96 points. Sur les trente valeurs vedettes, vingt ont avancé et dix ont reculé.

A New York, Wall Street débutait la séance en ordre dispersé, le marché restant prudent face au "shutdown" entré en vigueur samedi et tout en surveillant les résultats d'entreprises et une série d'acquisitions de grande envergure.

Depuis samedi, les administrations fédérales américaines sont partiellement fermées faute d'un vote favorable sur le budget américain au Sénat. Toutefois, a nuancé Mickey Levy de Berenberg, "on a déjà traversé plusieurs fois des paralysies budgétaires dans le passé, le plus récemment en 2013", et "il a été démontré qu'elles avaient peu d'impact sur les tendances économiques, les taux d'intérêt, le marché des actions, ou même le dollar".

UBS inverse la tendance

En l'absence d'informations macroéconomiques, UBS a retenu l'attention après la publication de ses chiffres au 4e trimestre et sur l'ensemble de l'exercice 2017. La grande banque (+0,4%), qui avait tenu la lanterne rouge en matinée, a redressé la barre en fin de séance et a même réussi à terminer dans le vert.

La banque aux trois clés a payé un lourd tribut à la réforme fiscale aux Etats-Unis, mais revendique une performance trimestrielle hors exceptionnels honorable. L'annonce d'un programme de rachat d'actions et l'ajustement des critères pour la rémunération des actionnaires n'ont pas suffi à séduire les détenteurs de capitaux.

Credit Suisse (+1,1%, deuxième meilleure performance du jour) et Julius Baer (+1,0%, 3e marche du podium) ont aussi gagné du terrain.

Meilleure performance pour Dufry

Dufry (+2,6%) a fait la meilleure performance du jour. Vendredi soir, le spécialiste des boutiques hors taxe a fait état de progrès dans le processus d'entrée en Bourse de sa filiale américaine Hudson. Cette opération pourrait lui rapporter 900 millions de francs, a calculé la Banque cantonale de Zurich.

Dans le camp des poids lourds, Roche (+0,6%) et Nestlé (+0,3%) ont soutenu l'indice, alors que Novartis (+0,1%) est resté en retrait. Barclays a relevé l'objectif de cours de Nestlé tout en confirmant "pondérer". L'actionnaire activiste Third Point presse le groupe veveysan de se séparer de sa participation dans L'Oréal.

Novartis a annoncé le succès de son offre de rachat sur le laboratoire hexagonal Advanced Accelerator Applications (AAA), pour lequel il s'était dit prêt à débourser près de 4 milliards de dollars en octobre dernier. Le géant bâlois publiera ses recettes annuelles mercredi.

Logitech (+0,6%) publie mardi ses résultats trimestriels, alors que SGS (-0,3%) présentera ses résultats annuels complets.

Aux assurances, Commerzbank a relevé l'objectif de cours de Zurich (+0,1%) et de Swiss Re (+0,04%), confirmant "reduce" pour les deux titres. La banque allemande estime que la réforme fiscale aux Etats-Unis aura une influence positive ou négative selon les assureurs. Selon elle, les gagnants seront surtout Allianz et Zurich.

UBS a relevé l'objectif de cours de LafargeHolcim (+0,2%) et a confirmé "neutral". On attend avec impatience les détails de la réorientation stratégique que la nouvelle équipe de direction doit présenter prochainement.

La Banque royale du Canada (RBC) a relevé l'objectif de cours d'Adecco (+0,3%) et a confirmé "sector perform". L'analyste a notamment salué la robustesse persistante des revenus, même si la croissance reste à la traîne par rapport à la concurrence.

Richemont lanterne rouge

La direction de Sika (+0,1%) a évoqué dans la presse un éventuel rapprochement avec la famille Burkard dans l'épineux dossier de la cession des parts privilégiée de cette dernière au français Saint-Gobain.

Richemont (-1,6%) a terminé lanterne rouge. Le groupe genevois du luxe a fait part de son intention de racheter les 50% restants de sa coentreprise Yoox Net-à-porter, moyennant une offre de 38 euros par action. Les deux autres gros perdants sont Sonova (-1,3%) et Givaudan (-0,6%).

Davy a relevé l'objectif de cours de Kühne+Nagel (-0,2%) et a confirmé "outperform". L'expert suivra cette année les progrès du programme "KN+ NextGen" présenté l'année dernière et avec lequel le groupe veut conforter sa position de leader du marché.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS