Navigation

Le top modèle Kate Upton accuse un fondateur de Guess

Kate Upton affirme que Paul Marciano lui avait attrapé les seins dès la première séance photographique avec Guess (archives). KEYSTONE/AP Invision/EVAN AGOSTINI sda-ats
Ce contenu a été publié le 09 février 2018 - 02:16
(Keystone-ATS)

Le top modèle Kate Upton accuse de harcèlement et de comportement sexuellement abusif le cofondateur de la marque Guess, Paul Marciano, dans un entretien au magazine Time. Elle l'avait déjà mis en cause dans un message sur Twitter à la fin janvier.

L'homme d'affaires franco-américain a rejeté des accusations "absolument fausses" et "absurdes", précisant qu'il ne l'avait "jamais touchée de façon inadéquate".

Kate Upton affirme qu'après sa première journée de photographies avec Guess, le 25 juillet 2010, M. Marciano avait demandé à la voir et lui avait attrapé les seins "de force". Quand elle l'a repoussé, il s'est justifié: "Je veux voir s'ils sont vrais", raconte-t-elle.

Malgré ses efforts pour éviter tout contact physique, "il a continué à me toucher de façon dominatrice et agressive, attrapant mes cuisses, mes bras pour me tirer vers lui, mon cou, ma poitrine, à me sentir", détaille le mannequin, connu notamment pour avoir posé en maillot de bain en couverture de Sports Illustrated.

Renvoyée après avoir refusé les avances

"A un moment, il a attrapé de force l'arrière de ma tête pour que je ne puisse plus bouger et a commencé à embrasser mon visage et mon cou" jusqu'à ce qu'elle parvienne à se dégager, poursuit-elle, disant avoir été choquée et effrayée.

Selon elle, avant une autre séance de photographie, il l'avait harcelée de coups de téléphone pour monter dans sa chambre d'hôtel, ce qu'elle a refusé. Le lendemain, "j'ai appris que j'étais renvoyée de la séance de photographie". "Quelqu'un avait appelé mon agence en disant que j'étais devenue grosse (...). J'étais dévastée".

Lorsqu'elle a de nouveau été sélectionnée pour des campagnes publicitaires Guess, elle n'a pas osé couper court aux SMS de Paul Marciano de plus en plus pressants, de peur d'être à nouveau renvoyée. Toute cette expérience a "miné ma confiance en moi. Je voulais quitter le mannequinat. Je m'en voulais", insiste Kate Upton.

Le monde de la mode comme celui du cinéma est en pleine introspection depuis l'affaire Harvey Weinstein, producteur accusé de harcèlement ou d'agressions sexuelles par plus de 100 femmes. Des photographes comme Mario Testino, Terry Richardson et Bruce Weber ont vu leur réputation ternie par de nombreuses accusations similaires.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article