Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le canton du Valais entame une campagne de revitalisation de certaines zones humides. Il veut enrayer l'extinction du crapaud sonneur à ventre jaune, une espèce pionnière indicatrice du dynamisme du milieu environnant.

Le réaménagement de mares entre 2012 et 2014 a permis de stopper la régression de l'espèce. Désormais, le canton veut favoriser l'expansion de la population de ce batracien qui ne survit qu'en un unique site en Valais, communique mardi le canton.

Depuis 1980, l'espèce tend à disparaître, non seulement en Valais, mais dans toute la Suisse. En Valais central, ce crapaud colonisait encore 17 sites. En 2009, un seul d'entre eux était occupé par une vingtaine d'individus. Mais une trentaine de batraciens y ont été dénombrés l'an dernier.

Le canton va désormais aménager de nouvelles mares pour favoriser une augmentation de la population. L'Etat prévoit une étape ultérieure de connexion du site actuel de reproduction avec d'autres lieux favorables pour une recolonisation de biotopes.

L'assèchement des zones humides, la canalisation des rivières l'intensification et la mécanisation de l'agriculture ont fait peu à peu disparaître les sites de reproduction, explique le canton. La disparition de cette espèce pionnière est un signe de dérèglements susceptibles d'affecter d'autres espèces.

ATS