Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Suisseculture soutient la loi sur les jeux d'argent, en votation le 10 juin, afin de que les bénéfices continuent à soutenir des projets culturels (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Suisseculture soutient la nouvelle loi sur les jeux d'argent. Un rejet signifierait que des centaines de millions de francs finiraient dans la poche d’exploitants étrangers douteux au lieu de bénéficier à des activités d’utilité publique ou à des projets culturels.

En 2012, le peuple suisse a accepté à une large majorité l’article constitutionnel sur les jeux d’argent, a rappelé vendredi Suisseculture, l'organisation faîtière des professionnels de la culture et des médias. Cet article prévoit qu’une concession de la Confédération est nécessaire pour ouvrir et exploiter une maison de jeu.

Cela a permis de stopper les efforts visant à privatiser les loteries et les jeux d’argent à l’enseigne séduisante de la "libéralisation". C'est précisément cette libéralisation que souhaitent les adversaires de la loi, afin que ces gains lucratifs finissent dans des poches privées et non plus dans des fonds cantonaux d’utilité publique, dénonce Suisseculture.

Le nouvel article constitutionnel est la base de la loi fédérale sur les jeux d’argent, qui apporte des améliorations notamment en matière de transparence, selon Suisseculture. Ainsi les cantons seront tenus de rendre des comptes sur l'utilisation des fonds.

L’affectation des gains est en outre définie de façon contraignante: ils doivent servir à la lutte contre la dépendance au jeu et profiter à l’AVS ainsi qu’à des buts d’utilité publique dans les domaines du sport, de la culture, de l’environnement et de l’action sociale. Sans ces contributions, d’innombrables projets artistiques ne pourraient plus être réalisés, avertit Suisseculture.

Jeux sur Internet réglementés

Autre innovation: les jeux d’argent sur Internet sont légalisés et réglementés. Actuellement, ces jeux sont interdits en Suisse. Mais cette interdiction est contournée par des exploitants "offshore", avec pour résultat que, chaque année, des centaines de millions de francs finissent dans des caisses douteuses à l’étranger au lieu d’alimenter les fonds d’utilité publique des cantons.

Avec la nouvelle loi, les jeux d’argent sur Internet sont autorisés pour les entreprises titulaires d’une concession. Les adversaires de la loi parlent systématiquement de "blocage" ou de "censure d’Internet". Ces expressions sont trompeuses: il n’est pas question de bloquer Internet. Seul est empêché l’accès aux sites de jeux d’argent qui visent de manière illégale les clients suisses, souligne Suisseculture.

Le peuple votera sur cet objet le 10 juin.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS