Navigation

Les arboriculteurs ont eu chaud en Valais

Les abricotiers protégés par aspersion, jeudi matin à Saxon (VS). KEYSTONE/LAURENT GILLIERON sda-ats
Ce contenu a été publié le 26 mars 2020 - 13:09
(Keystone-ATS)

Les arboriculteurs valaisans ont lutté contre le gel cette semaine. Leur labeur a porté ses fruits: les vergers ont été très peu touchés.

La nuit la plus froide a été celle de mardi à mercredi, avec un thermomètre descendu jusqu'à moins quatre degrés. "Les abricotiers en fleurs sont les plus vulnérables actuellement. Les pommiers et les poiriers sont aussi fragiles, mais dans une moindre mesure", a indiqué jeudi à Keystone-ATS Olivier Borgeat, secrétaire général de l'Interprofession des fruits et légumes du Valais (IFELV).

A l'heure d'un premier bilan, l'inquiétude et le stress ont laissé place au soulagement: "Nous avons constaté très peu de dégâts sur quelques zones".

Même si les prévisions météo sont clémentes pour ces prochains jours, il s'agit de rester vigilant. Les risques de gel de printemps sont possibles jusqu'à la mi-mai.

Dès -0,5 degré

Le moyen de lutte principal est l'aspersion des arbres avec de l'eau tirée de la nappe phréatique. La transformation de l'eau en glace libère de la chaleur qui va protéger le fruit. Sur les coteaux, les arboriculteurs privilégient des bougies qu'ils placent sous les arbres, l'irrigation par aspersion risquant notamment de provoquer des ravinements.

Sans ces moyens de lutte, le gel aurait fait ces jours d'importants dégâts. "Les fleurs des arbres fruitiers sont très sensibles dès -0,5 degré", confirme Olivier Borgeat.

Systèmes modernisés

A la fin avril 2017 le gel a durement frappé, entraînant une perte de récolte de 30% dans la viticulture et de 35% dans l'arboriculture valaisannes. La perte financière s'était montée au total à 70 millions de francs. Canton et Confédération avaient octroyé une aide de 7,6 millions de francs.

Après cet épisode, le canton a entrepris de moderniser son système d'irrigation par aspersion. Un système qui lutte contre le gel l'hiver et le printemps, puis contre la sécheresse l'été.

L'IFELV a également investi quelque 100'000 francs pour moderniser les quelque 80 stations météo installées entre St-Maurice et Sierre. Leurs données permettent notamment d'actionner une alerte gel par sms.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.