Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les chefs des finances des entreprises suisses ont le moral en berne. Ils ne sont plus que 10% à évaluer positivement les perspectives conjoncturelles des douze prochains mois, contre 58% au trimestre précédent.

Une majorité des chefs des finances, soit 66% d'entre eux, envisagent même l'avenir avec pessimisme, a indiqué le cabinet d'audit et de conseil Deloitte dans un communiqué mardi. Il se base sur les résultats de son sondage trimestriel réalisé auprès de 94 chefs des finances, qui devrait paraître fin octobre.

L'étude révèle également que 45% des sondés s'attendent à ce que l'économie suisse tombe en récession au cours des deux prochaines années.

Détérioration ample

"L'ampleur de la détérioration est surprenante. Il est rare d'observer un tel changement en l'espace d'un seul trimestre. La vigueur du franc, la crise de la dette en Europe et la nervosité des marchés financiers continuent manifestement de préoccuper les chefs des finances", a expliqué Michael Grampp, chef économiste chez Deloitte, cité dans le communiqué.

Il apparaît également que les personnes interrogées s'attendent à une mauvaise passe pour leur entreprise: 52% d'entre eux se disent "moins optimiste" qu'il y a trois mois quant aux perspectives financières de leur société.

Le sondage a été réalisé au mois de septembre. Un quart des chefs des finances interrogés représentent des sociétés cotées et 75% sont issus de grandes entreprises privées. Les secteurs d'activité les plus divers sont représentés: énergie, services collectifs, banque, assurance, sciences de la vie, santé, produits chimiques, immobilier et biens de consommation.

ATS