Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les chiffres divulgués par Novartis pour justifier la fermeture du site de Nyon-Prangins (VD) ne convainquent pas Unia. Le syndicat réclame toujours le rapport détaillé qui a conduit la direction du groupe à décider cette vaste restructuration.

"On nous a livré des chiffres et divers scénarios, mais pas le vrai rapport d'audit. Nous avons demandé des compléments d'information, mais certaines données manquent toujours", a expliqué jeudi à l'ats le secrétaire syndical Yves Defferrard. "Parmi les chiffres livrés, certains sont à vérifier, d'autres paraissent sur ou sous-évalués".

La fermeture du site entraînerait des économies de l'ordre de 20 millions de francs d'ici 2020, selon Unia. "C'est ce qu'on a obtenu comme information. Mais on ne comprend pas: pour nous, cela ne vaut pas la peine de fermer le site. Il est absurde de mettre tous ses oeufs dans le même panier en délocalisant tout en Allemagne".

Vendredi, le personnel se réunira en assemblée générale pour prendre connaissance de l'état des discussions avec la direction. "Il s'agira aussi de préparer la manifestation de samedi à Nyon à laquelle des employés bâlois de Novartis participeront", a précisé le syndicaliste.

Le 30 octobre dernier, une première manifestation s'était tenue à Bâle pour protester contre la suppression de 2000 emplois dans le monde, dont 760 à Bâle et 320 à Nyon. Un millier de personnes y avaient participé, dont une centaine d'employés nyonnais.

ATS