Toute l'actu en bref

A dix jours de son entrée au Championnat du monde à Paris, la Suisse a subi un revers contre le Danemark (4-5) à La Chaux-de-Fonds. Les sélectionnés helvétiques ont pourtant mené 3-1.

Face à une équipe du Danemark quart de finaliste l'an dernier et qui se prépare à accueillir le Championnat du monde en 2018, la Suisse a livré un nouveau bon match dans la lignée de ce qu'elle avait montré contre la Russie le week-end dernier. Si elle a cédé du terrain sur le plan défensif, elle a aussi pesé plus en attaque. Les Danois se sont montrés extrêmement combatifs. Ils n'ont pas hésité à bousculer les Suisses sur le plan physique.

Patrick Fischer avait décidé de laisser tous les joueurs du CP Berne au repos à l'exception de Leonardo Genoni. Ainsi, Bodenmann, Rüfenacht et Untersander joueront leur premier match vendredi contre les mêmes Danois à Bâle. Il faudra donc que le coach national opère des choix douloureux pour leur faire de la place. Les éléments sur la glace à La Chaux-de-Fonds n'ont en effet de loin pas démérité.

Les Suisses ont connu une première période faste (3-1), bien aidés par l'indiscipline des Scandinaves. Ainsi, Oliver Lauridsen n'a rien trouvé mieux que d'écoper de quatre minutes de pénalité alors que son équipe évoluait déjà en infériorité numérique. Les hommes de Fischer ne se sont pas fait prier pour marquer à deux reprises grâce au même trio Brunner-Ambühl-Almond en 84'' avec deux et un joueurs en plus.

Par la suite, les sélectionnés helvétiques ont connu une deuxième période plus difficile. Morten Poulsen est parvenu à mystifier Rafael Diaz en contournant le défenseur zougois avant d'aller battre Genoni en solo (28e). Les équipiers de l'ancien Biennois Nikolaj Ehlers ont même égalisé par Kristensen, qui a surpris Genoni au premier poteau (37e). C'est une nouvelle fois en supériorité numérique que Denis Hollenstein a redonné l'avantage 4-3 aux Suisses sur une assistance de l'enfant du pays, Romain Loeffel (39e).

Ce même Loeffel a disposé de beaucoup de temps de glace, car les Danois ont accumulé pas mal de pénalités. Le Neuchâtelois fait partie de la deuxième équipe des situations spéciales. La première est composée de Diaz et Brunner, qui évolue à la hauteur de la ligne bleue alors que Loeffel fait équipe avec Praplan. Le Neuchâtelois a eu la confiance de Fischer au cours de cette partie. La venue de Ramon Untersander peut représenter une concurrence majeure pour le défenseur de Genève-Servette. Mais devant son public, il a fait le maximum pour convaincre le coach national de l'emmener à Paris.

ATS

 Toute l'actu en bref