Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les attentes des entreprises suisses quant à leurs affaires se sont assombries au mois de janvier, estime le KOF à la lumière de résultats d'enquêtes conjoncturelles. La situation est d'autant plus révélatrice qu'elle ne prend pas en considération la décision de la Banque nationale suisse (BNS) d'abolir le taux plancher, survenue le 15 janvier.

Si l'indicateur de la situation des affaires n'a guère évolué à la baisse et que celui de l'emploi se situe à nouveau dans le vert, les participants à l'enquête du KOF se sont montrés moins optimistes que précédemment, a indiqué mercredi le centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), dans un communiqué. Près de 94% des questionnaires ont été remplis avant le 15 janvier, date de l'abandon du cours plancher.

Par secteur, l'industrie de transformation a enregistré moins de commandes en début d'année et la production s'est légèrement ralentie. La situation concurrentielle avec l'Union Européenne (UE) s'est également dégradée, jugent les firmes actives dans ce domaine. Les prévisions d'exportation n'étaient pas aussi bonnes en janvier que précédemment.

Le bâtiment et les bureaux d'études entrevoyaient l'avenir plus sereinement. Leurs affaires se sont améliorées en début d'année. Leur production a aussi augmenté au cours des trois derniers mois.

Si les entreprises du gros oeuvre envisagent de ralentir un peu leurs activités, celles du second-oeuvre prévoient de l'étendre. Les bureaux d'études, quant à eux, anticipent une évolution de leurs affaires pratiquement stable.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS