Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"La bonne nouvelle, c'est que le secteur privé a déjà entériné que l'avenir est l'énergie propre. C'est déjà acté dans le secteur de l'énergie", a affirmé Barack Obama.

KEYSTONE/AP/LUCA BRUNO

(sda-ats)

Les Etats-Unis et la Chine doivent "montrer l'exemple" en matière de lutte contre le changement climatique, a affirmé mardi Barack Obama. L'ancien président américain s'exprimait lors d'une conférence à Milan, dans le nord de l'Italie.

"Il est important que les grands pays qui sont de grands émetteurs (de gaz à effets de serre) comme les Etats-Unis et la Chine (...) montrent l'exemple", a-t-il affirmé, en soulignant que tous les pays en voie de développement les observaient.

"L'administration actuelle a des points de vue différents de mon administration en termes de politique environnementale", a-t-il ajouté en référence à son successeur Donald Trump.

"La bonne nouvelle, c'est que le secteur privé a déjà entériné que l'avenir est l'énergie propre. C'est déjà acté dans le secteur de l'énergie", a-t-il souligné.

"En raison des débats en cours au sein de l'administration actuelle, les avancées pourraient être plus lentes qu'elles l'auraient été, mais j'ai confiance" dans le fait que nous allons dans la bonne voie, a-t-il insisté.

Impact de la technologie

A la Maison Blanche, une réunion prévue mardi pour discuter d'une éventuelle sortie des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat a été reportée à une date indéterminée. M. Trump avait promis cette sortie pendant sa campagne, mais il a depuis envoyé des signaux contradictoires et son équipe est divisée sur le sujet.

M. Obama, en costume bleue marine et chemise à fines rayures, sans cravate, était l'invité d'honneur du sommet mondial sur l'alimentation "Seeds&Chips - The Global Food Innovation Summit", consacré cette année à l'impact de la technologie sur le changement climatique et la sécurité alimentaire.

En dépit de leur prix - 650 euros pour ceux s'y étant pris avant le 31 mars, 850 euros pour les autres (soit 704 à 921 francs) -, l'ensemble des billets de quatre jours permettant d'accéder à cette conférence avaient trouvé preneur et le président américain a été chaudement applaudi à son arrivée.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS