Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le commerce extérieur suisse a entamé l'année sur une note positive. Les exportations ont grimpé de 5,4% (+3,6% en termes réels) en janvier, à 16,2 milliards de francs. La chimie a généré, à elle seule, les deux tiers de la croissance, sans toutefois détrôner l'horlogerie.

Même si au regard de décembre 2011 les exportations accusent un repli de 5,1% en termes désaisonnalisés, la tendance dans l'ensemble est légèrement à la hausse par rapport au milieu d'année.

Le secteur de la chimie, principal exportateur helvétique, a amplement dopé la performance au cours du mois sous revue. Morose l'an dernier, il a vu ses envois à l'étranger rebondir, de 9%. Un chiffre qualifié d'"étonnant" par l'Administration fédérale des douanes.

Baisse dans les machines

L'horlogerie, une fois de plus, arrive en tête avec un essor de 15,5%. Plus modestement, la catégorie des denrées alimentaires, des boissons et du tabac a également tiré son épingle du jeu (+2,1%). Café (+12%) et fromage (+9%) ont été particulièrement appréciés. Le secteur du chocolat a, en revanche, fondu de 12%.

Les sept autres branches exportatrices essuient un revers. Avec toujours au bout de l'échiquier, l'industrie du papier et des arts graphiques (-16,5%) et celle du textile (-15,5%). Le secteur de l'habillement affiche, pour sa part, un repli de 3,9%.

Souffrant du franc fort, l'industrie des machines et de l'électronique - deuxième pilier du commerce extérieur suisse - a reculé de 3%.

Timide demande de l'UE

Tous secteurs confondus, la demande en provenance de l'UE est demeurée timide (+1,3%), crise de la dette oblige. Les ventes vers l'Asie se sont, elles, accrues de 7%. Les affaires avec les deux géants - chinois (-13%) et indien (-17%) - n'ont cependant pas brillé.

Quant au marché nord-américain, il a gagné plus d'un cinquième. Les livraisons vers les Etats-Unis et le Canada ont crû respectivement de 21,9% et de 24%.

De leur côté, les importations ont augmenté de 9,3% (+8,5% en termes réels, soit corrigés de l'inflation) à 14,6 milliards de francs. Au final, la balance commerciale boucle sur un excédent de 1,6 milliard.

ATS