Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Si la part des dirigeants d'entreprises étrangers augmente dans les entreprises suisses, les femmes continuent à être peu nombreuses dans le top-management. Seule une femme dirige actuellement un groupe, soit Monika Ribar à la tête du transporteur Panalpina.

La part des femmes dans les 115 plus grandes entreprises de Suisse reste depuis sept ans bloquée à 5%, constate l'étude Schilling publiée lundi. Dans les conseils d'administration, elle a légèrement augmenté au cours de l'an dernier, passant de 10 à 11%.

La promotion des femmes est un projet à long terme, a déclaré le spécialiste en recrutement Guido Schilling. Selon lui, les managers féminins sont souvent plus indépendantes et plus conséquentes que leurs homologues masculins. Les femmes préfèrent également s'impliquer dans des plus petites entreprises ou apporter leur savoir-faire en matière de conseils.

Dans les fonctions de top-manager, la gent féminine quitte plus fréquemment son emploi que les hommes. En 2011, 11 femmes ont rejoint la direction des 115 plus grandes entreprises de Suisse et 7 sont parties.

Managers étrangers en hausse

La part des dirigeants étrangers dans les plus grandes entreprises suisses continue pour sa part d'augmenter. Selon le spécialiste du recrutement Guido Schilling, la progression devrait se poursuivre avec une majorité de managers d'origine étrangère en 2014.

Fin 2011, 45% des membres de la direction des 115 plus grandes entreprises de Suisse étaient des étrangers, a déclaré lundi à Zurich Guido Schilling lors de la présentation de son étude. A la fin de l'an dernier, 32% des chefs étaient des Allemands (+2 points de pourcentage).

M. Schilling s'étonne que l'économie suisse a pu attirer également en 2011 des managers allemands. "Contrairement à 2009/2010, l'économie allemande va bien maintenant". En outre, des articles de médias d'outre-Rhin sur l'ambiance anti-allemande en Suisse auraient découragé des managers à s'y installer avec leur famille.

ATS