Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Trois quart de la population suisse âgée de plus de 14 ans utilise Internet. La toile est d'abord considérée comme une source d'information crédible plutôt qu'un mode de distraction, selon un sondage publié mercredi par l'Université de Zurich.

L'internaute suisse moyen surfe sur le "web" pendant 1h45 par jour. La proportion de personnes qui se branchent en ligne moins de 5 heures par semaine est toutefois élevée. Parmi les femmes et les plus de 60 ans, elle représente plus de la moitié des cas, estiment les chercheurs zurichois.

Presque tous les utilisateurs surfent à la maison. Ils sont en outre 56% à se rendre sur Internet à leur place de travail. Quelque 20% le font en chemin, en utilisant principalement leur téléphone portable.

54% dans les réseaux sociaux

Au total, 92% des internautes utilisent des moteurs de recherche. 75% s'informent sur l'actualité, 68% sur la santé et 73% consultent des dictionnaires en ligne. Les domaines récréatifs n'arrivent que dans la suite du classement: 66% surfent sur des sites vidéo, 54% sur des pages musicales, 37% regardent la télévision en différé, 35% en direct et 33% jouent en ligne.

Les réseaux sociaux font 54% d'adeptes parmi les internautes. La téléphonie en ligne touche elle 31% des utilisateurs.

Les informations commerciales jouent un rôle important auprès des utilisateurs d'Internet. Septante-quatre pourcent s'informent sur des voyages, 65% comparent les prix de produits en tous genres et 63% font leurs achats ou leurs paiements en ligne.

Soucis sur les données bancaires

L'utilisation faite de leurs données bancaires sur la toile préoccupe près de trois quart (72%) des internautes. Moins d'un tiers (29%) ont l'impression que leurs données personnelles en général font l'objet d'une exploitation abusive. Mais la plus grande peur des internautes concerne le contrôle de leur comportement en ligne par les entreprises (43%).

Les personnes les plus préoccupées font principalement partie de l'ancienne génération. Cette dernière est deux fois plus inquiète face aux abus que les plus jeunes.

ATS